Résumé: Les Misérables

Voici un résumé du roman de Victor Hugo, Les misérables réalisé en classe de 4ème en français. Ce genre de résumés permet de comprendre la structure globale d'un long roman mais ne remplace en rien une lecture complète de l'ouvrage...

Partie 1 :

M Charles-François-Bienvenu Myriel est un évêque. Un soir, un homme entre chez lui et se présente : Jean Valjean. Il a vécu pendant 19 ans au bagne pour avoir volé un pain chez le boulanger et pour avoir fui à plusieurs reprises. Il élevait avec sa sœur ses 7 enfants. L’évêque l’invite à dînes chez lui. La nuit, Jean vole six couverts en argent. Mais il se fait arrêter par la police et l’évêque lui demande qu’avec l’argent des couverts, il devienne un honnête homme. Alors qu’il était dans sa réflexion, un petit savoyard nommé Petit-Gervais fait tomber sa pièce de 40 sous et Jean Valjean met son pied dessus. Il refuse de lui donner. L’enfant s’en va et Jean voit seulement après la pièce sous son pied et il se met à pleurer pour la 1ère fois. En ce temps-là, 4 jeunes filles aimaient 4 jeunes garçons. Mais un jour, ils leur fit une farce et les quittèrent. Malheureusement, l’une d’elle était enceinte : Fantine. Trois ans plus tard, elle est obligée de laisser sa fille à la famille Thénardier pour 7 francs/mois car elle doit gagner de l’argent dans le village de son enfance. Mais ceux-ci ne prennent pas soin de l’enfant Cosette et exigent encore plus d’argent. Pendant ce temps, un certain M Madeleine avait fait fortune dans une usine et employait n’importe qui. Tout le monde l’aimait sauf Javert, un policier qui ne le prenait pas pour un honnête homme. Un jour, il sauva un certain Fauchelevent qui était coincé sous une charrette. Fantine fut engagée dans la fabrique de M Madeleine mais elle attirait les regards car elle écrivait souvent aux Thénardier qui lui réclamaient de plus en plus d’argent. Elle se fit renvoyée quelques jours après. Elle fit des boulots mal payés. Elle dû se couper les cheveux et s’arracher les dents de devant car Cosette était soi-disant malade. Elle voulut se faire prostituée mais elle insulta et frappa un bourgeois et elle fut arrêtée par la police. Mais M Madeleine la libera et lui promit de lui donner sa fille. Javert fit ses excuses à M Madeleine car il l’avait pour Jean Valjean mais celui-ci vient de se faire arrêter. Mais M Madeleine est réellement Jean. Il voulut délivrer le faux Jean Valjean mais pour cela, il devait se sacrifier. Il se rendit au tribunal et dit qu’il était le vrai Jean. Il n’avait pas dit la vérité à Fantine, sa fille n’était pas là. Alors, quand Javert vint arrêter Jean, il dut lui dire et elle mourut.


Partie 2 :

M Thénardier avait sauvé un sergent, M Pontmercy lors de la bataille de Waterloo. Jean Valjean était de corvée sur un bateau, L’Orion et en voulant sauver un matelot, il tomba à la mer et se noya. Pendant ce temps, Cosette se faisait battre et un jour qu’elle alla au puits chercher de l’eau, un homme l’aida. En entendant son nom, l’homme eu une secousse et quelques minutes après, il repartait avec Cosette, ayant payé les Thénardier pour la prendre. Cet homme était Jean Valjean : il n’était pas mort, il s’était enfui après être tombé à la mer. Ils allèrent s’installer à Paris et Jean cru reconnaître Javert, déguisé en mendiant. Il courut, sauta dessus un mur et atterrit dans une cour. Il demanda l’asile et reconnût Fauchelevent, l’homme qu’il avait sauvé. Mais Jean et Cosette ne pouvaient pas rentrer dans le couvent. Jean se fit alors passer pour mort, s’allongea dans un cercueil et se fit enterrer. Fauchelevent devait ensuite le déterrer et le ramener au couvent. Mais il mit un peu plus de temps que prévu et retrouva Jean mort dans le cercueil. Soudain, il ouvrit les yeux : il avait seulement perdu connaissance.


Partie 3 :

On fait la connaissance de la misérable famille Jondrette composée d’un couple et de deux filles. Elle a aussi un fils, Gavroche, enfant des rues. M Guillenormand est un vieillard. Une de ses 3 filles s’est mariée à un soldat décrit comme la honte de la famille. Elle a eu un fils, Marius. Quelques fois, son père venait l’observer à l’église car M Guillenormand refusait qu’il voie son fils. Dans sa 17ème année, le grand-père lui dit que son père était malade et qu’il le demandait. Mais lorsque Marius arriva, il était trop tard : son père était mort lui laissant une lettre disant qu’il fallait sauver un certain Thénardier, qui lui avait sauvé la vie. Un jour, il quitta la maison de son grand-père. Depuis son appartement, il observait une jeune fille et son père, qu’il voyait tous les jours assis sur un banc. Il leur avait donné un nom : Melle Lanoir et M Leblanc. Un jour, il apprit qu’ils avaient déménagé. Marius ne pouvait plus revoir ce doux visage de Melle Lanoir… Un jour, la fille de ses voisins, Jondrette, lui donne une lettre d’au secours : ils n’ont plus d’argent pour vivre. Il aperçut un trou entre le mur de chez lui et celui de ses voisins : il regarda. Et il vit sa bien-aimée avec M Leblanc. Il chargea la fille Jondrette de trouver son adresse et il entendit Jondrette dire « Je l’ai reconnu » et ensuite « nous l’exécuterons ». Ils parlaient de M Leblanc. Il alla prévenir la police qui lui donna 2 pistolets. Marius devait les prévenir quand l’attaque a lieu. L’inspecteur de police n’était autre que Javert. À 6 heures, M Leblanc arriva. La maison des Jondrette se remplit peu à peu d’hommes et de femmes qui barraient le passage à M Leblanc. Marius allait tirer un coup de pistolet lorsque Jondrette avoua que son vrai nom était Thénardier. Marius ne savait plus qui faire : l’homme qui avait sauvé son père était son voisin. S’il tirait, M Leblanc était sauvé et Thénardier livré à la police, s’il ne tirait pas M Leblanc était sacrifié et Thénardier s’échapperait. Il vit alors un papier sur lequel était écrit « les cognes sont là ». Il le lança chez ses voisins. Les Thénardier s’enfuirent et Javert entra car il s’impatientait. Il demanda à voir M Leblanc mais celui-ci avait disparu.


Partie 4 :

La fille Jondrette, Éponine, trouva l’adresse de sa bien-aimée : rue Plumet. M Leblanc était en réalité Jean Valjean. Pour louer sa maison rue Plumet, il se fit passer pour M Fauchelevent. Au parc, le regard de Marius avait touché Cosette et Jean s’en était aperçu. Ils ont donc déménagés. Pendant ce temps, Gavroche assiste à une scène de bataille entre Montparnasse (jeune) et un vieillard et c’est le vieux (certainement Jean Valjean) qui bat son adversaire. Ce dernier lui promit de se résoudre à travailler. Cosette trouva une lettre de Marius sous une pierre où il lui disait tout son amour pour elle puis elle le vit et ils s’embrassèrent. Montparnasse appelle Gavroche pour qu’il sauve Thénardier qui était coincé sur le toit. Il vit alors que c’était son père. Marius et Cosette se voyaient tous les soirs en secret et un jour celle-ci lui annonça qu’elle devait partir en Angleterre. Pour pouvoir partir avec elle, ils devaient se marier et donc demander l’autorisation à M Guillenormand. Mais celui-ci refusa. Le lendemain, Marius ne trouva personne chez Cosette, alors il voulut se suicider. Mais quelqu’un l’appela pour aller à la barricade. Ils en avaient construit une pour se protéger des troupes de Napoléon 3. Un policier entra à l’intérieur : Javert. Ils le ligotèrent et le laissèrent dans un coin. Lors de la 1ère série de fusillade, le drapeau des insurgés tomba. Il fallait quelqu’un qu’il le remette. Mais celui qui montait était sûr de mourir. M Mabeuf se porta volontaire et il mourut pour la liberté. Un soldat allait tirer sur Marius lorsque quelqu’un boucha le canon avec sa main. C’était celle d’Éponine. En mourant, elle lui remit une lettre de Cosette. Marius devait annoncer sa «presque mort» à son amour. Il donna à Gavroche l’obligation de remettre cette lettre à Cosette le lendemain matin. Mais l’enfant y alla tout de suite et la donna à Jean Valjean. En lisant la lettre, Jean se précipita aux Halles, à la barricade.


Partie 5 :

Il n’y avait presque plus de cartouches dans la barricade alors Gavroche sortit et alla en chercher. Dehors, on commença à lui tirer dessus. Mais il nargue ses assaillants en chantant. Une balle mieux visée le toucha et le tua. Jean était arrivé et en voyant Javert demanda de le tuer. À l’abri des regards, Jean le laisse s’échapper. Dans la barricade, c’est l’agonie. Marius s’est fait tirer dessus à la clavicule. Jean le rattrapa et s’enfuit dans les égouts avec l’homme sur le dos. Il trouva une lettre de Marius que celui-ci avait laissé pour les gens qui retrouveraient son cadavre. Elle disait de l’amené chez M Guillenormand. À un moment, Jean se retrouva sous une grille fermée à clef. Un homme était là et il le reconnut aussitôt : Thénardier. Mais celui-ci ne reconnut pas Jean Valjean. Il pensa qu’il avait tué Marius pour son argent alors il lui demande de l’or contre la clef de la grille. L’échange fut fait et Jean sortit. Sur la terre ferme, il reconnaît Javert. Ils allèrent ensemble chez M Guillenormand. Arrivés, Marius reprit connaissance. Pendant ce temps, Javert se suicida en tombant dans la Seine. Durant plusieurs, semaines Marius délira. Un vieillard lui rendait visite tous les jours mais Marius ne pensait qu’à Cosette. Un jour, son grand-père lui annonça que son mariage avec Cosette est prévu et que le vieillard qui lui rendait visite n’était qu’autre que Cosette. Une question que Marius se posait restait incompréhensible : qui l’avait ramené chez son grand-père? Il y avait dans ses habits du jour de la barricade un morceau de tissu qui avait été arraché. Le jour du mariage, Jean n’est pas là car il s’est blessé à la main mais en réalité, il fait croire cela pour ne pas devoir signer les papiers du mariage avec son passeport jaune. Le lendemain, il avoua à Marius qu’il était un ancien forçat. Il ne fallait pas qu’il le répète à Cosette pour ne pas gâcher son bonheur. Jean voyait sa « fille » tous les soirs depuis quelques semaines lorsqu’il ne vit plus. Marius reçut une lettre de Thénardier lui disant qu’il l’attendait et qu’il avait un grand secret à lui révéler. Marius alla à sa rencontre et Thénardier lui dit que Jean Valjean était un ancien forçat, qu’il avait tué Javert et un autre homme dans les égouts. Il lui montra aussi un morceau de tissu qui s’adaptait très bien aux vêtements de Marius. Il avait retrouvé son sauveur : c’était Jean Valjean. Marius et sa femme se précipitèrent chez Jean et celui-ci mourut quelques minutes après. Il fut enterré au cimetière Père-Lachaise.



À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags