Nighthawks

Voici une des oeuvres que j'ai choisie en histoire des arts en 3ème. Note: 17/20


Introduction :

Nighthawks (« les oiseaux de nuit » en français) est une huile sur toile de dimensions d’environ 85 par 150cm réalisée par Edward Hopper en 1942. Elle est actuellement exposée au Art Institute of Chicago.


Un petit mot sur l’auteur :

Edward Hopper, Autoportrait

Edward Hopper est un peintre américain né en 1882 à New York. Après des études d’art et de nombreux voyages, il a de la peine à se faire connaître. Mais finalement, en 1933, une première exposition lui est dédiée au MoMA (Museum of Modern Art) à New York. Ces œuvres sont principalement inspirées de ses voyages, des villes et de la solitude de l’américain du XXème siècle. Nighthawks est sa toile la plus célèbre. Il meurt en 1967.

Hopper appartient au courant réaliste moderne, même s’il a parfois été assimilé à l’hyperréalisme ou au PopArt. L’Ashcan School (« école de la poubelle » en français) désigne ce mouvement artistique en Amérique. Il est apparu en 1908 et est caractérisé pour immortaliser les scènes de la vie quotidienne des habitants des bas-quartiers new-yorkais.


Description :

Ce tableau regorge de détails tellement la scène représentée est grande et complexe.

Cette scène se passe la nuit. Nous sommes dans une rue- certainement la Greenwich Avenue que Hopper fréquentait souvent. Elle est sombre et mystérieuse. L’un des bâtiments est un diner, bar typique américain, nommé « Phillies » et nous pouvons voir à travers une vitre. Il y a 4 personnes :


-le barman : il porte une toque sur la tête et une blouse blanche. Il est penché vers son bar. Il est le seul personnage à être en mouvement. Son regard est porté sur sa cliente. Il a une attitude de serviteur dévoué.


-la femme : habillée d’une robe rouge qui nous rappelle la féminité mais aussi la violence, elle regarde un billet, ce qui lui fait presque entièrement baisser les yeux. Elle est rousse et très maquillée. On peut immédiatement penser que cette femme est une prostituée et que l'homme au chapeau vient de la payer pour profiter de ses services.


-l’homme au chapeau : Sa main touche presque celle de la femme. Entre ses doigts se trouve une cigarette. Il est vêtu d’un costume sombre et d’un chapeau. Il a une attitude de rapace : un nez long et pointu, les yeux plissés et le dos courbé.


-l’homme de dos : Aussi habillé d’un costume et d’un chapeau, il semble pensif. C’est le personnage le plus énigmatique.

Détails de Nighthawks

Constituants plastiques :

Les constituants plastiques, c’est-à-dire la mise en scène de l’œuvre, sont :

-la lumière : très étrange et oblique, elle part du fond du bar où elle est très vive et agressive pour finalement illuminée toute la rue.


-la ligne, autrement dit, l’angle de vue. Cette scène n’est immortalisée ni de face ni de profil. On a l’impression que si l’on marchait droit devant, on allait traverser ce diner et ressortir sur l’autre rue.


-l’espace : c’est un espace littéral, aux dimensions impénétrables : cette immense baie vitrée, les façades des bâtiments…

On peut aussi noter le mouvement du serveur et les couleurs qui vont du jaune vif au vert très foncé.


Impressions et émotions :

Les impressions et émotions qui ressortent de cette œuvre sont très fortes. L’atmosphère est tendue, dramatique et figée. Cette vitrine qui nous sépare des personnages laisse passer la vue mais pas le son : la rue est silencieuse et noire. Elle semble retenir les personnages dans une sorte d’aquarium car on ne voit pas de porte de sortie. Mais toutes ces lignes verticales rappellent aussi cet emprisonnement cubique. Même si le diner est fréquenté par 3 clients, il semble terriblement vide. Le froid de la solitude est mis en valeur.


Ce tableau est un arrêt sur image, cette scène pourrait se passer dans n’importe quel diner américain. On a l’impression d’être trop loin de la scène : on voudrait zoomer mais on ne le fera jamais assez : d’abord le bar en entier, sans la rue. Puis sur les personnages et enfin sur leur visage pour en retirer chaque détail.


Signification :

Ce tableau laisse au spectateur toute liberté pour imaginer les relations entre les personnages et leur présence ici.

Nighthawks est généralement traduit par « les oiseaux de nuit » ou les « rôdeurs de la nuit ». En anglais, « Hawks » signifie littéralement « faucon » mais en l’argot l’a transformé en « homme rapace qui fond sur sa proie ». L’oiseau de proie renvoie évidemment à cet homme, à l’allure rapace. Mais en général, je pense que le titre renvoie à tous ces gens qu’on ne connaît pas et qui s’accoudent aux comptoirs à des heures si tardives de la nuit.


Bien entendu, cette œuvre parle de la face cachée du rêve américain. Alors que les États-Unis vont bientôt devenir la première puissance mondiale, Hopper dénonce L’American way of life, désigné par le mode de vie moderne des Américains et caractérisé par la liberté. En quoi ces personnes- là sont- elles libres ? Le serveur qui semble le plus emprisonné derrière son comptoir est en fait le plus indépendant car ce n’est pour lui qu’un travail : le soir, il pourra retourner chez lui. Tandis que les autres, s’ils traînent si tardivement au bar, c’est qu’ils ont soit quelque chose à oublier soit qu’ils n’ont tout simplement pas de chez eux.

Les personnages sont tous très élégants mais nous sommes dans les années 1940 où tout le monde porte costumes et belles robes… Le couple semble être ensemble mais en même temps de ne pas être lié. L’homme de dos, semble plus intriguant encore voire inquiétant, alors qu’il est caché. Il semble, c’est une hypothèse, avoir commis un crime et vouloir s’en repentir en se plongeant dans l’alcool. La prostitution et l'alcoolisme font partie de ces revers du rêve américain...


Certains pensent qu’il serait inspiré d’une nouvelle d’Ernest Hemingway Les tueurs parue en 1927 et reprise au cinéma en 1946. C'est l'histoire de deux tueurs à gage qui doivent assassiner un ancien boxeur : dans la première scène, les deux tueurs entrent dans une brasserie…

Ernest Hemingway, The killers

Les protagonistes et architecture de cette scène sont peut-être que de simples reprises de la part d’Hopper : Un commerce bien éclairé avec une rue sombre a déjà été utilisé par Hopper dans Drug Store, peint en 1927. Le couple aurait pu déjà être vu dans


Room in New York, Hopper

Drug Store, Hopper













En 1942, le Café de Nuit de Van Gogh est exposé à New York. Hopper s’en serait donc inspiré. Beaucoup d’artistes ont aussi traité de l’American Dream ou du moins de sa face cachée. Duane Hanson, par exemple, grâce à ses sculptures hyperréalistes.

Van Gogh, Le café de Nuit
The walkman's man, Hanson

Nighthwaks a été parodié de nombreuses fois, d’où son immense succès. Voici par exemple quelques dessins…


Nighthawks version Simpsons
Nighthawks dans l'espace
Nighthawks version Lego

Conclusion :

Nighthawks, en plus d’être une toile très réaliste et impressionnante, sert à dénoncer la face sombre du rêve américain. Je l’apprécie beaucoup de par son ambiance très froide mais aussi par tout ce qu’elle signifie. Edward Hopper signe ici un véritable chef-d’œuvre de la peinture américaine.

À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags