Résumé: Oscar et la dame rose


Voici un résumé détaillé du court roman épistolaire d'Eric-Emmanuel Smith. Ce genre de résumés permet de comprendre la structure globale d'un long roman mais ne remplace en rien une lecture complète de l'ouvrage...


Lettre 1 : 18 décembre

Oscar est un garçon de 10 ans. Il vit à l’hôpital à cause de son cancer. Depuis sa greffe de moelle osseuse, les médecins- dont le docteur Düsseldorf - sont sceptiques et Oscar voit bien qu’il va peut-être mourir. Seule une des femmes infirmières qui travaillent bénévolement à l’hôpital, Mamie-Rose, ne change pas lorsqu’elle voit Oscar. Elle lui confesse des secrets. Son vrai métier, en fait, c’est catcheuse, sous le nom de « l’Étrangleuse du Languedoc ». Elle raconte ses combats à Oscar ce qui le fait rêver. Un jour, celui-ci lui demande s’il va mourir et, si oui, pourquoi personne ne lui dit. Elle lui répond que s’il le sait, les médecins n’ont pas besoin de le lui dire. Alors, elle lui propose d’écrire à Dieu dans des lettres et elle lui assure qu’il a le droit à un vœu par jour. Oscar, qui pense que Dieu c’est comme le Père Noël, n’y croit pas trop mais le fait quand même. À la fin de la lettre, Oscar demande à Dieu de savoir s’il va mourir ou non.


Lettre 2 : 19 décembre / de 0 à 10 ans

Les parents d’Oscar ne viennent d’habitude que le dimanche pour voir leur fils. Mais ce jour-là, Popcorn, le copain obèse d’Oscar, lui annonce qu’il y a leur voiture sur le parking. Il va dans sa chambre mais ses parents ne viennent pas. Il entend des voix dans le bureau du Docteur Düsseldorf et écoute. Il apprend que les médecins ont tout essayé et il entend sa mère pleurer. Alors qu’ils allaient sortir, Oscar se cache dans la première pièce venue, un placard à balais. Mais on ne peut que l’ouvrir que de l’extérieur et il reste coincé toute la matinée. À l’intérieur, il réfléchit et conclut que ses parents sont des lâches et qu’il les déteste. La femme de ménage le retrouve ensuite. Une fois dans sa chambre, il veut voir Mamie-Rose. Celle-ci vient et tous les deux commencent à discuter des parents d’Oscar qu’ils traitent de « cons ». Normalement, deux visites sont autorisées par semaine. Mais, lorsque Mamie-Rose s’apprête à partir, le garçon veut absolument la revoir le lendemain. La femme demande l’autorisation au docteur qui le lui accorde pendant douze jours. Alors, voyant qu’ils étaient le 19 décembre, elle propose un jeu à Oscar : chaque jour compte pour dix ans. Oscar accepte et donc, ce jour-là, il eut dix ans. Comme vœu, il demande à Dieu de lui rendre visite.


Lettre 3 : 20 décembre / de 10 à 20 ans

C’est l’adolescence pour Oscar. Dieu ne lui a pas rendu visite et il a eu beaucoup de problèmes avec les filles, ses copains et ses parents : lorsqu’il s’est réveillé, Mamie-Rose était là. Elle lui a demandé qui il aimait à l’hôpital et il a répondu : « Popcorn, Bacon- un garçon gravement brûlé et Einstein- un de ses copains qui a la tête deux fois plus grosse que la moyenne ». Ensuite, elle lui a demandé comme fille et a répondu Peggy Blue, une fille atteinte de la maladie bleue, ce qui rend sa peau bleutée. Elle lui a proposé alors de lui dire qu’il l’aimait bien et il accepta car, à 15 ans, il voulait la protéger des fantômes. Mais Popcorn protégeait déjà Peggy et il lui dit d’aller voir Sandrine dite « la Chinoise », atteinte d’une leucémie. Même s’il ne voulait pas trop, Oscar l’a embrassé. Juste à ce moment-là, ses parents sont arrivés. Ils lui ont offert un lecteur CD avec Casse-Noisette. Comme il ne voulait pas leur parler, il l’a écouté deux fois et ils sont partis. Après avoir dormi et une visite de Mamie-Rose, Oscar est allé voir Peggy. Elle a acceptée qu’il la protège des fantômes et il a demandé à Dieu que tous les deux se marient.


Lettre 4 : 21 décembre / de 20 à 30 ans

Cette nuit, Oscar a entendu des plaintes. Les fantômes ! Il a accouru dans la chambre de Peggy Blue mais c’était en fait Bacon qui criait. Ils ont dormi ensemble et se sont mariés. Le matin, Oscar a tout raconté à Mamie-Rose et cette dernière l’a accompagné à la chapelle. En voyant la statue de Jésus sur la croix, Oscar n’y croyait pas : comment Dieu pouvait souffrir autant ? Mais Mamie-Rose lui a expliqué qu’il fallait plus avoir confiance en quelqu’un qui souffre qu’en quelqu’un de fort, qu’il fallait distinguer souffrance physique et morale et qu’il ne fallait pas avoir de l’inconnu (de la mort) mais plutôt être curieux. Oscar est de plus en plus fatigué et comme vœu, il a demandé que l’opération de Peggy se passe bien.


Lettre 5 : 22 décembre / de 30 à 40 ans :

C’est l’âge des responsabilités : Peggy Blue se fait opérée. Pendant qu’il était avec Mamie-Rose, il l’a adopté, comme il l’avait fait avec son ours en peluche Bernard. Vers 37 ans, l’opération de Peggy avait bien réussi et Oscar a rencontré ses beaux-parents, à qui il a promis de veiller sur leur fille. Journée famille sans vœu.


Lettre 6 : 23 décembre / de 40 à 50 ans :

Ça n’a pas été une bonne journée pour notre héros : Peggy a appris qu’Oscar avait embrassé la Chinoise et l’a quittée. Voulant se venger, elle a sympathisé avec Sandrine. Oscar fou de rage, a lui-même embrassé Brigitte, une fillette trisomique. Il a ensuite remarqué que le lendemain, c’était l’anniversaire de Dieu et lui a demandé de se réconcilier avec Peggy.


Lettre 7 : 24 décembre / de 50 à 60 ans :

Sachant que c’était Noël et que ses parents allaient venir, Oscar a fugué. Il a demandé à ses copains de l’habillés puis de le mettre dans la voiture de Mamie-Rose. Après quelques heures, celle-ci est arrivée et est partie. La route a été longue et éprouvante et, étant fatigué, Oscar s’est endormi. Il s’est réveillé la nuit et il neigeait dehors. Avec tous ses efforts, il a réussi a sonné et Mamie-Rose l’a recueilli. Après deux chocolats chauds, elle lui dit qu’à l’hôpital tout le monde le cherchait et que ses parents étaient morts d’inquiétude. Elle lui expliqua que, eux aussi, allaient mourir un jour et qu’ils ne se seraient pas réconcilier avec leur fils unique. Oscar accepta de les appeler. Ils vinrent et tous ensemble, ils regardèrent un combat de catch. Comme vœu, Oscar veut que ses parents restent toujours comme ce soir-là.


Lettre 8 : 25 décembre / de 60 à 70 ans :

Oscar est fatigué de son escapade. Il est resté avec Peggy et veut que Dieu lui rende visite.


Lettre 9 : 26 décembre / de 70 à 80 ans :

Oscar a planté une graine offerte par Mamie-Rose : elle vit toute sa vie en une seule journée. Avec Peggy, il a lu le dictionnaire médical. Il n’y a pas trouvé les mots : vie, mort, foi, Dieu et Mamie-Rose lui a expliqué qu’à chacun de ces mots, il y a plusieurs solutions et, pour les trouver, il fallait chercher dans le dictionnaire philosophique. Il a aussi expliqué au docteur Düsseldorf qu’il n’était pas Dieu et que, dans la vie, on mourrait. C’est toujours le même vœu pour Oscar : une visite.


Lettre 10 : 27 décembre / de 80 à 90 ans.

Peggy est partie et Oscar sait qu’il ne va plus la revoir. C’est pourquoi il n’aime plus Dieu.


Lettre 11 : 28 décembre / de 90 à 100 ans.

Dieu a rendu visite à Oscar. Ce dernier venait de se réveiller ; il était très tôt, le soleil se levait, enfin, Dieu créait l’aube. Il a dit son secret au garçon : voir chaque jour le monde comme si c’était la première fois. Oscar a trouvé cela fantastique et souhaite que Dieu fasse « le coup de la première fois » à ses parents et à Peggy.


Lettre 12 : 29 décembre / de 100 à 110 ans.

Oscar voit la vie comme un cadeau qu’on surestime au début (vie éternelle), ensuite on le sous-estime (vie trop courte) et à la fin on voit que c’est seulement un prêt. Il veut que Dieu rende visite à ses parents car il est trop fatigué.


Lettre 13 : 30 décembre / de 110 à 120 ans.

Oscar « commence à mourir ».


Lettre 14 : 31 décembre :

C’est Mamie-Rose qui écrit cette lettre. Oscar est mort, pendant que, elle et les parents du garçon, faisaient une pause-café. Il est mort pendant qu’ils n’étaient pas là, pour les faire moins souffrir. Elle remercie Dieu de lui avoir fait connaitre Oscar, même si maintenant elle a le cœur lourd. En post-scriptum, elle dit que, les trois derniers jours, Oscar avait mis une pancarte où il y avait écrit : « seul Dieu a le droit de me réveiller ».


À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags