Les animaux malades de la Peste

Voici une lecture analytique de la fable de La Fontaine réalisée en classe de 1ère en français pour préparer l'oral du bac dans le cadre de la séquence "Les questions de l'Homme dans les genres de l'argumentation".


LES ANIMAUX MALADES DE LA PESTE

Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom) Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, Faisait aux animaux la guerre. Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés : On n'en voyait point d'occupés A chercher le soutien d'une mourante vie ; Nul mets n'excitait leur envie ; Ni Loups ni Renards n'épiaient La douce et l'innocente proie. Les Tourterelles se fuyaient : Plus d'amour, partant plus de joie. Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis, Je crois que le Ciel a permis Pour nos péchés cette infortune ; Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux, Peut-être il obtiendra la guérison commune. L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents On fait de pareils dévouements : Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence L'état de notre conscience. Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons J'ai dévoré force moutons. Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense : Même il m'est arrivé quelquefois de manger Le Berger. Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi : Car on doit souhaiter selon toute justice Que le plus coupable périsse. - Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ; Vos scrupules font voir trop de délicatesse ; Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce, Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur En les croquant beaucoup d'honneur. Et quant au Berger l'on peut dire Qu'il était digne de tous maux, Etant de ces gens-là qui sur les animaux Se font un chimérique empire. Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir. On n'osa trop approfondir Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances, Les moins pardonnables offenses. Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun, étaient de petits saints. L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance Qu'en un pré de Moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. A ces mots on cria haro sur le baudet. Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. Sa peccadille fut jugée un cas pendable. Manger l'herbe d'autrui ! Quel crime abominable ! Rien que la mort n'était capable D'expier son forfait : on le lui fit bien voir. Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.


Introduction:

Le texte que nous allons étudier aujourd'hui est la fable "Les animaux malades de la peste" écrite en 1678 par Jean de La Fontaine.


La Fontaine (1621-1695) : fabuliste du XVIIe siècle, auteur de 12 livres (1668: 1er recueil, 1679: 2e recueil, 1694: livre 12, cette fable fait partie du VIIe livre), il s'inspire notamment des Anciens comme Esope et Phèdre. Ses fables sont construites sur une mise en scène qui s'appuie sur un jeu dans la métrique. La Fontaine fait partie de la haute société (il a été ministre des eaux et des forêts) mais il s'éloigne progressivement du roi et de la cour lorsque son ami Fouquet est emprisonné. Dès lors, il critique beaucoup ce milieu dans ses fables. Il fait partie du mouvement classique et moraliste.


Apologue: récit court comportant une morale (implicite ou explicite) qui a pour but d'instruire (visée didactique) ex: fables, contes, paraboles, ...


LECTURE: Je vais maintenant procéder à la lecture du texte...


Problématique: Comment Jean de La Fontaine utilise-t-il la mauvais foi pour dénoncer les injustices sociales et critiquer la cour?


Plan:

I.Une fable traditionnelle

1) Une anecdote distrayante

2) Texte polémique et satirique

3) À visée didactique

II.Critique de la société du XVIIe siècle

1) Un monarque absolu et manipulateur

2) Une cour avilie

3) Une justice corrompue

III. Une mise en scène de la mauvaise foi

1) Les techniques rhétoriques

2) Des personnages de mauvaise foi

3) La victime: le bouc émissaire

I.Une fable traditionnelle:

1) Une anecdote distrayante:

Personnages:

v.15: le lion → monarque absolu

v.34: le renard → noble, cour

v.45: "tigre, ours et autre puissants"

v.46: "simple mâtins" → militaires

v.49: "l'âne"→ le peuple

v.56: "le loup"→ avocat, justice


Situation initiale: basée sur la tragédie (rappel à Oedipe)

v.4: "Peste"→personnification, allégorie, hyperbole: tragédie

v.5: "mal"→ anaphore


Péripéties + éléments de résolution:

-proposition du roi

-intervention du renard

-solution de l'âne

=Petite histoire où les protagonistes sont des animaux = personnification des classes sociales de l'époque


2) Un texte polémique et satirique:

Satire de la société: personnification des animaux→critique du droit de naissance et de la justice

Ironique: disproportion entre le crime du roi et celui de l'âne

Polémique: justice bafouée au nom du pouvoir du droit de naissance


3) Une visée didactique:

Présence d'une morale explicite:

v.68: "vous"→ s'adresse directement au lecteur

"puissant ou misérable"+"blanc ou noir"→ antithèse, parallélisme de construction

v.69: "les jugements de cour"→ dénonciation de la cour et de la justice = la naissance prime sur l'égalité

=changement de registres entre le début (pathétique) et la morale (argumentatif, efficacité, simple) + intervention du fabuliste qui fait directement référence à Fouquet


II. Le fonctionnement de la société au XVIIe siècle: une société corrompue:

1) Le monarque absolu et manipulateur:

Le lion prend la parole le premier, retranscrit au discours direct= importance

égocentrisme: v.25: "pour moi", "j'ai"→ insistance

explication de la situation: v.18: "le plus coupable"→ hyperbole

v.19: allitération en [s]→ manipulation

v.20: "pourriture"→ référence à Oedipe-Roi

Défense: v.25-29: aveux publics

v.28: "le Berger": rejet, hyperbole

v.30: "Je me dévouerai donc MAIS"→ entrée du discours manipulateur

=péché (gourmandise) + meurtre pour son simple plaisir


2) Une cour avilie:

Le renard se fait l'avocat de la défense du lion (v.34-42)

v.34: "Sire, vous êtes trop bon roi": présence de "sire" et "roi" en début et fin de vers→ hyperbole, flatterie

v.35: "trop", "délicatesse": hyperbole

v.36: "manger moutons, canaille, sotte espèce": accumulation + v.40-42: "ces gens-là"→ la personnification s'arrête

v.38: "croquer": euphémisme

=Grâce à sa flatterie, le renard n'a avoué aucune faute

v.44-46; accélération avec le discours des autres animaux + énumération + allitération en [in]= son désagréable

v.44: "on n'osa trop approfondir"→ peur du pouvoir et de l'argent


3) Une justice corrompue:

Mise en scène d'un tribunal: prises de parole successives, assemblée, jugement.

Le lion ouvre ce tribunal avec la formule: v.15: "Mes chers amis"→hypocrite car fait régner la terreur.

Loup: plaidoyer, avocat de l'accusation, utilise beaucoup d'exclamations

Présence du champ lexical juridique: "forfait", "cas pendable", "crime", "harangue"...

=Justice corrompue dans sa totalité


III. Une mise en scène de la mauvaise foi:

1) Les techniques rhétoriques:

Tous les personnages utilisent des techniques rhétoriques:

lion: "mes chers amis"→ captatio benevolentiae, attire l'attention et l'empathie

v.27: "Que m'avaient-ils fait?"→question rhétorique

v.30: "je me dévouerai donc [s'il le faut] mais je pense..."→enclavé, n'a pas du tout l'intention de le faire, manipulation

renard: v.37: "est-ce un péché?"→ question rhétorique + "non non": donne la réponse

=plaidoyer en faveur du lion

loup: v.56: allitération en [p] et en [r]→ donnent de l'ampleur à son discours

v.57: "ce maudit animal"→ référence à la Peste + rythme ternaire

"galeux, pelé"→ maladies honteuses

v.61: "rien que la mort"→ restriction, nécessité

=Parodie du tribunal


2) Des personnage de mauvaise foi:

Le lion est hypocrite car il sait que personne ne va le contredire.

Le renard évite, par sa ruse, d'avoir à se justifier.

Le loup: v.59: "Sa peccadille fut jugée en cas pendable"→ antithèse, ironie

v.60: "Manger l'herbe d'autrui, quel crime abominable!" :rythme binaire + exclamation→ accentuent l'ironie

v.48: "petits saints" +v.62: "on le lui fit bien voir"→ c'est l'auteur qui parle, L'hypocrisie est mise en valeur par l'ironie du narrateur

=La Fontaine réalise une parodie et une mise en scène du pouvoir politique, juridique et religieux de son époque.


3) La victime: le bouc émissaire:

L'âne est la victime et le coupable idéal: il parle en dernier, il est naïf et tombe dans le piège→ personnification du peuple

v.49-50 "J'ai souvenance / Qu'en un pré"→ enjambement, mise en scène de l'âne qui arrive

v.51: "la faim"→ pauvreté, "l'occasion"→ pas de préméditation, "l'herbe tendre"→ tentation, naïveté, "quelque diable aussi me poussant"→ sincérité mais référence à la peste

v.54: "Je n'en avais nul droit"→ s'accuse lui-même

=La justice n'est pas équitable


Conclusion:

-résumé I. II. III.

-réponse à la problématique: Les objectifs de cette fable sont d'instruire le lecteur, de critiquer la cour en évoquant la mauvaise foi des personnages et de mettre en scène une parodie de tribunal.

-ouverture: "Le loup et l'agneau" montre aussi la mauvaise foi de la part des plus forts.


À RETENIR:

Cette fable peut être étudiée de mille façons différentes car elle est longue et riche. Nous l'avions étudiée dans le cadre de la mauvais foi mais il faut absolument adapter votre plan à la problématique imposée par l'examinateur-trice.

Dans tous les cas, il faut parler de la dramatisation initiale, de la critique des classes sociales et de la justice, de l'injustice envers le peuple et de la morale finale (didactique). Bonne chance!


À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories