Tartuffe, scène d'exposition


Voici une lecture analytique de la scène d'exposition de la comédie de Molière, Tartuffe, réalisée en classe de 1ère en français dans le cadre de la séquence: "Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIème siècle à nos jours"


Introduction:

Molière (1622-1673): Dramaturge français le plus connu, il crée sa troupe l'Illustre Théâtre et devient célèbre grâce à sa comédie Les Précieuses Ridicules (1659). Dès lors, il écrit et met en scène des cycles des grandes comédies inspirées de la Commedia dell'Arte. La pièce Tartuffe est censurée par Madame la mère du Roi qui était entourée de faux-dévots. En réponse à cette censure, Molière écrit Dom Juan dès l'année suivante, en 1665.

Présentation/Situation: Tartuffe présente l'arrivée d'un faux-dévot dans une famille bourgeoise et ses conséquences sur les relations entre les personnages. Cette scène est la scène d'exposition qui offre l'intérêt de présenter la plupart des personnages et le cadre de la pièce.

Lecture:

MADAME PERNELLE et FLIPOTE, sa servante, ELMIRE, DAMIS, MARIANE, DORINE, CLÉANTE. La scène est à Paris.


MADAME PERNELLE :

Allons, Flipote, allons, que d'eux je me délivre. ELMIRE:

Vous marchez d'un tel pas qu'on a peine à vous suivre. MADAME PERNELLE :

Laissez, ma bru, laissez, ne venez pas plus loin: Ce sont toutes façons dont je n'ai pas besoin. ELMIRE :

De ce que l'on vous doit envers vous on s'acquitte. Mais, ma mère, d'où vient que vous sortez si vite? MADAME PERNELLE :

C'est que je ne puis voir tout ce ménage-ci, Et que de me complaire on ne prend nul souci. Oui, je sors de chez vous fort mal édifiée: Dans toutes mes leçons j'y suis contrariée, On n'y respecte rien, chacun y parle haut, Et c'est tout justement la cour du roi Pétaut. DORINE : Si... MADAME PERNELLE : Vous êtes, mamie, une fille suivante Un peu trop forte en gueule, et fort impertinente: Vous vous mêlez sur tout de dire votre avis. DAMIS : Mais... MADAME PERNELLE :

Vous êtes un sot en trois lettres, mon fils. C'est moi qui vous le dis, qui suis votre grand'mère; Et j'ai prédit cent fois à mon fils, votre père, Que vous preniez tout l'air d'un méchant garnement, Et ne lui donneriez jamais que du tourment. MARIANE : Je crois... MADAME PERNELLE :

Mon Dieu, sa sœur, vous faites la discrète, Et vous n'y touchez pas, tant vous semblez doucette; Mais il n'est, comme on dit, pire eau que l'eau qui dort, Et vous menez sous chape un train que je hais fort. ELMIRE : Mais, ma mère...


MADAME PERNELLE :

Ma bru, qu'il ne vous en déplaise, Votre conduite en tout est tout à fait mauvaise; Vous devriez leur mettre un bon exemple aux yeux, Et leur défunte mère en usait beaucoup mieux. Vous êtes dépensière; et cet état me blesse, Que vous alliez vêtue ainsi qu'une princesse. Quiconque à son mari veut plaire seulement, Ma bru, n'a pas besoin de tant d'ajustement. CLÉANTE : Mais, Madame, après tout... MADAME PERNELLE :

Pour vous, Monsieur son frère, Je vous estime fort, vous aime, et vous révère; Mais enfin, si j'étais de mon fils, son époux, Je vous prierais bien fort de n'entrer point chez nous. Sans cesse vous prêchez des maximes de vivre Qui par d'honnêtes gens ne se doivent point suivre. Je vous parle un peu franc; mais c'est là mon humeur, Et je ne mâche point ce que j'ai sur le cœur. DAMIS :

Votre Monsieur Tartuffe est bien heureux sans doute. MADAME PERNELLE :

C'est un homme de bien, qu'il faut que l'on écoute; Et je ne puis souffrir sans me mettre en courroux De le voir querellé par un fou comme vous. DAMIS :

Quoi? je souffrirai, moi, qu'un cagot de critique Vienne usurper céans un pouvoir tyrannique, Et que nous ne puissions à rien nous divertir, Si ce beau monsieur-là n'y daigne consentir? DORINE :

S'il le faut écouter et croire à ses maximes, On ne peut faire rien qu'on ne fasse des crimes; Car il contrôle tout, ce critique zélé. MADAME PERNELLE :

Et tout ce qu'il contrôle est fort bien contrôlé. C'est au chemin du Ciel qu'il prétend vous conduire, Et mon fils à l'aimer vous devrait tous induire. DAMIS :

Non, voyez-vous, ma mère, il n'est père ni rien Qui me puisse obliger à lui vouloir du bien: Je trahirais mon cœur de parler d'autre sorte; Sur ses façons de faire à tous coups je m'emporte; J'en prévois une suite, et qu'avec ce pied plat Il faudra que j'en vienne à quelque grand éclat.

DORINE :

Certes c'est une chose aussi qui scandalise, De voir qu'un inconnu céans s'impatronise, Qu'un gueux qui, quand il vint, n'avait pas de souliers Et dont l'habit entier valait bien six deniers, En vienne jusque-là que de se méconnaître, De contrarier tout, et de faire le maître. MADAME PERNELLE :

Hé! merci de ma vie! il en irait bien mieux, Si tout se gouvernait par ses ordres pieux. DORINE :

Il passe pour un saint dans votre fantaisie: Tout son fait, croyez-moi, n'est rien qu'hypocrisie.


Problématique: Comment Molière procède-t-il dans cette scène d'exposition pour présenter le personnage éponyme?

Plan:

I.Une scène d’exposition classique

1) Un cadre spatio-temporel précis

2) Présentation des personnages

3) Une scène comique


II.Une scène conflictuelle

1) Le rôle de la belle-mère: la marâtre

2) Le registre polémique

3) Le rôle de Dorine


III.« L’entrée en scène » de Tartuffe

1) Le nœud du conflit : Tartuffe

2) Un double portrait

3) Un personnage qui se fait attendre


I.Une scène d’exposition classique

1) Un cadre spatio-temporel précis

"La scène est à Paris" + "je sors de chez vous"→ chez Orgon, famille bourgeoise.

registre de langue: "ma bru", "doucette"→XVIIe siècle

=temporalité et localité classique, quoique peu d'informations.


2) Présentation des personnages

Mme Pernelle (mère d'Orgon) avec Flipote, sa servante populaire→ rapports maître-valet classiques

Elmire: seconde épouse d'Orgon, nom noble

Mariane et Damis: enfants de la 1ère épouse, noms bourgeois→éducation

Cléante→frère d'Elmire

Dorine→servante, nom populaire, personnage de commedia dell'Arte

=chaque personnage essaie successivement de prendre la parole face à la logorrhée de Madame Pernelle mais n'y parviennent pas. Les personnages nous sont donc présentés grâce à la double-énonciation de Mme Pernelle


3) Une scène comique

comique de caractère, surtout présent chez Mme Pernelle et Dorine:

Mme Pernelle: v.1: "je me délivre"→métaphore, ton surjoué, tragique

=La pièce s'ouvre par la sortie d'un personnage. Mme Pernelle attaque tous les personnages sans les laisser parler.

Dorine: impertinence

=scène comique par des caractères démesurés


II.Une scène conflictuelle

1) Le rôle de la belle-mère: la marâtre

v.1: "Allons Flipote allons"→répétition, impératif, insistance

"que d'eux": déictique, agression vis-à-vis de sa famille, les attaque un par un:

Elmire: "ma bru"→ position d'infériorité.

Reproche: "vous êtes dépensière" + "princesse"→ par rapport à sa noblesse

"leur défunte mère en usait beaucoup mieux"→ comparaison avec la première épouse d'Orgon.

Damis: "Vous êtes un sot en trois lettres"→


insistance

Mariane: "doucette"→hypocrite

Cléante: "je vous estime fort...MAIS"→ironique, ne veut pas de lui dans sa maison

=Mme Pernelle se sent agressée et veut continuer à régenter sa maison.


2) Le registre polémique

-agression avec le "vous" (déictique): "vous êtes un sot", "pour vous Monsieur"→ distance et accusation

-rappelle à chacun son statut: "mon fils", "son frère", "suivante"

-phrases coupées des autres: "mais", "mais ma mère"→pas de justification possible

-objet de la polémique: "Votre M.Tartuffe"→ déictique, problème


3) Le rôle de Dorine

Dorine ose tenir tête à Mme Pernelle:

v.41: "Car il contrôle tout, ce critique zélé." allitération en [k]→mépris de Tartuffe

v.61: champ lexical du mépris: "gueux", "pas de soulier", "impatronise", "faire le maître"→ Dorine accuse Tartuffe de jouer un rôle, d'être un usurpateur.

Elle utilise l'ironie pour critiquer l'arrivée de Tartuffe dans la maison:

v.69: "saint"→ religion, ironique

"votre fantaisie"→ attaque de plein front

"n'est rien qu'hypocrisie"→restrictive, mot-clé de la pièce.


III.« L’entrée en scène » de Tartuffe

1) Le nœud du conflit : Tartuffe

Damis présente Tartuffe comme un tyran: "pouvoir tyrannique", "usurpateur" et un censeur.

v.60: "quelque grand éclat"→une rebellion va se faire contre Tartuffe

=Tartuffe ne fait pas l'unanimité dans la famille


2) Un double portrait

Portrait élogieux de Mme Pernelle:

v.42: "Tout ce qu'il contrôle est fort bien contrôlé"→insistance, paronomase

"chemin du Ciel"→métaphore lyrique, état de béatitude de Mme Pernelle

"merci de ma vie"→ juron, en contraste avec son élan lyrique

=Ce portrait est en opposition avec les portraits à charge que font Damis et Dorine. Mme Pernelle est naïve et Tartuffe ne peut être que pire qu'elle.


3) Un personnage qui se fait attendre

Tartuffe ne rentre en scène qu'à la scène 2 de l'Acte III: c'est LA plus longue attente au théâtre. Les actes I et II présentent les conflits entre partisans et opposants de Tartuffe. Le spectateur a hâte de découvrir ce personnage.

castignat ridendo mores: corriger le spectateur en grossissant les défauts de Tartuffe.


Conclusion:

-bilan I, II, III

-réponse à la problématique: Cette scène d'exposition est une présentation décalée de Tartuffe par l'intermédiaire des personnages présents car Tartuffe est absent. Il est discrédité dès le début car son principal défenseur, Mme Pernelle, est colérique et naïve.

-ouverture: Suite à la cabale, Molière écrit Dom Juan, qui est également un personnage hypocrite et libertin.


À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags