Tentative de description d'un dîner de têtes à Paris-France, fin


Voici une lecture analytique de la fin du poème de Jacques Prévert "Tentative de description d'un dîner de têtes à Paris-France", réalisée en classe de 1ère en français dans le cadre de la séquence "Écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours"


Introduction:

Jacques Prévert (1900-1977): écrivain et cinéaste français, il a fréquenté le groupe surréaliste mais il a pris ses distances. Il s'engage notamment dans les luttes contre les inégalités sociales et soutient les ouvriers en grève. Son recueil de poèmes Paroles, publié en 1946 mais écrit en 1931, se rapporte à des scènes du quotidien.


Situation: "Tentative de description d'un dîner de têtes à Paris-France" est un très long poème, le premier du recueil, qui alterne vers et prose. Il s'agit d'un texte contestataire, satirique et polémique par l'Absurde, mais aussi humoristique car Prévert réalise une parodie d'un dîner officiel à l'Élysée. Notre extrait correspond à la fin du poème, où on retrouve une écriture en vers.


Lecture:

1 Le soleil brille pour tout le monde, il ne brille pas dans les prisons, il ne brille pas pour ceux qui travaillent dans la mine,

ceux qui écaillent le poisson

ceux qui mangent la mauvaise viande

ceux qui fabriquent les épingles à cheveux

5 ceux qui soufflent vides les bouteilles que d'autres boiront pleines

ceux qui coupent le pain avec leur couteau

ceux qui passent leurs vacances dans les usines

ceux qui ne savent pas ce qu'il faut dire

ceux qui traient les vaches et ne boivent pas le lait

10 ceux qu'on n'endort pas chez le dentiste

ceux qui crachent leurs poumons dans le métro

ceux qui fabriquent dans les caves les stylos avec lesquels d'autres écriront en plein air que tout va pour le mieux

ceux qui en ont trop à dire pour pouvoir le dire

ceux qui ont du travail

15 ceux qui n'en ont pas

ceux qui en cherchent

ceux qui n'en cherchent pas

ceux qui donnent à boire aux chevaux

ceux qui regardent leur chien mourir

20 ceux qui ont le pain quotidien relativement hebdomadaire

ceux qui l'hiver se chauffent dans les églises

ceux que le suisse envoie se chauffer dehors

ceux qui croupissent

ceux qui voudraient manger pour vivre

25 ceux qui voyagent sous les roues

ceux qui regardent la Seine couler

ceux qu'on engage, qu'on remercie, qu'on augmente, qu'on diminue, qu'on manipule, qu'on fouille, qu'on assomme

ceux dont on prend les empreintes

ceux qu'on fait sortir des rangs au hasard et qu'on fusille

30 ceux qu'on fait défiler devant l'Arc

ceux qui ne savent pas se tenir dans le monde entier

ceux qui n'ont jamais vu la mer

ceux qui sentent le lin parce qu'ils travaillent le lin

ceux qui n'ont pas l'eau courante

35 ceux qui sont voués au bleu horizon

ceux qui jettent le sel sur la neige moyennant un salaire absolument dérisoire

ceux qui vieillissent plus vite que les autres

ceux qui ne se sont pas baissés pour ramasser l'épingle

ceux qui crèvent d'ennui le dimanche après-midi parce

40 qu'ils voient venir le lundi

et le mardi, et le mercredi, et le jeudi, et le vendredi,

et le samedi

et le dimanche après-midi.


Problématique: Comment Prévert se fait-il le porte-parole des classes populaires dans ce poème?


Plan:

I.Création d’un sentiment d’empathie pour le lecteur

1) Valeurs de l’antithèse et de l’anaphore

2) Dénonciation de la misère

3) Dénonciation de l’injustice


II.Valorisation des classes populaires

1) Le monde du travail

2) Des cas particuliers à la généralisation

3) La fatalité



I.Création d’un sentiment d’empathie pour le lecteur

1) Valeurs de l’antithèse et de l’anaphore

v.1: "il brille pour tout le monde"→ généralisation

"il ne brille pas"→antithèse, juxtaposition

"dans les prisons"→concret car enfermement donc absence de luminosité

v.2: "ceux qui"→déictique, anaphore, énumération de toutes les catégories populaires, qui font exception à la règle "le soleil brille pour tout le monde".

v.39-42: présence d'une nouvelle anaphore en "et le + jour de la semaine"→ effet d'accumulation, comme le travail imposé à ces classes populaires.

=Forme originale qui donne un sens au texte.


2) Dénonciation de la misère

-famine:

v.3: "mauvaise viande"

v.20: "pain quotidien relativement hebdomadaire"→référence biblique, adverbe qui accentue le dénuement.

v.24: "manger pour vivre"→ référence à Molière

-sans logement:

v.21: "chauffent dans les églises" ≠ v.22: "se chauffer dehors"→antithèse, même l'Église chasse les pauvres.

v.25: "voyagent sous les roues"→clandestins

-pauvreté:

v.10: "ceux qu'on n'endort pas chez le dentiste"→souffrance physique pour des soins primaires, maladie.

v.11: "ceux qui crachent leurs poumons"→n'ont même pas les moyens de se soigner

v.37: "ceux qui vieillissent plus vite que les autres"→ comparatif de supériorité, usure suite au travail

=La misère apparaît du début à la fin et semble rejetée par les autres au lieu d'être accueillie.


3) Dénonciation de l’injustice

Décalage entre les actions du peuple et ce qui lui revient:

v.5: "ceux qui soufflent vides les bouteilles que d'autres boiront pleines", v.9: "ceux qui traient les vaches et ne boivent pas le lait", v.12: "ceux qui fabriquent dans les caves les stylos avec lesquels d'autres écriront en plein air que tout va pour le mieux", v.33: "ceux qui sentent le lin parce qu'ils travaillent le lin"→antithèse entre travailleurs et consommateurs

v.27: "ceux qu'on engage, qu'on remercie, qu'on augmente, qu'on diminue, qu'on manipule, qu'on fouille, qu'on assomme"→ accumulation de verbes dénonçant le salariat "manipule", "assomme".

v.28: "ceux qu'on fait sortir des rangs au hasard et qu'on fusille"→ fusillés pour l'exemple (très pratiqué pendant la guerre de 14-18)

=Les pauvres sont non seulement démunis, mais ils sont aussi manipulés par le "on" indéfini qui englobe tous les responsables.


II.Valorisation des classes populaires

1) Le monde du travail

Évocation récurrente du monde du travail:

v.1: "mines"

v.2: "poisson"→marché

champ lexical de la fabrication: "fabriquent", "écaillent", "soufflent", "traient"

v.14-17: "ceux qui ont du travail/ceux qui n'en ont pas/ceux qui en cherchent/ceux qui n'en cherchent pas"→opposition, antithèse

Le travail est considéré comme de l'esclavagisme, l'absence de travail est synonyme de pauvreté, chercher du travail est compliqué parce qu'il n'y en a plus et ne plus chercher de travail est lié au désespoir.

=évocation de toutes les classes de travailleurs.


2) Des cas particuliers à la généralisation

Prévert présente des groupes d'individus symboles par rapport à leur situation:

-travail→ex v.4: "ceux qui fabriquent des épingles"

-situation de vie→ ex v.19: "ceux qui regardent leur chien mourir"

-action→ ex v.26: "ceux qui regardent la Seine couler" (SDF sous les ponts ou homme qui regarde le temps s'écouler sans pouvoir rien faire.)

-victimes de différents groupes:

politique: v.28: "ceux dont on prend les empreintes"→ soupçonnés, premiers suspects

armée: v.30: "ceux qu'on fait défiler devant l'Arc" et v.35: "ceux qui sont voués au bleu horizon"

église: v.20-21: "ceux qui l'hiver se chauffent dans les églises/ ceux que le suisse envoie se chauffer dehors"

=Ces groupes reconstituent toue la classe populaire de cette époque.


3) La fatalité

v.38-42: accumulation des jours de la semaine→ ils ne peuvent même plus se reposer parce qu'ils pensent à la semaine qui va suivre. Cette phrase sans fin avec la conjonction de coordination "et" nous évoque un fardeau inévitable avec une fin cyclique.


Conclusion:

-bilan I, II, III

-réponse à la problématique: Prévert est un porte-parole efficace car il se fait le défenseur des classes populaires et des failles de la société en général en créant un poème à la forme originale.

-ouverture: Nous pouvons comparer ce poème avec un autre de Prévert "La grasse matinée" qui évoque également la pauvreté des classes populaires mais, cette fois-ci, à travers un fait-divers.


Vous avez aimez cet article? Ceux-ci vous plairont peut-être aussi:

-lecture analytique du début du poème de "Tentative de description d'un dîner de têtes à Paris-France"

-lecture analytique de "La chasse à l'enfant"

-lecture analytique du "cancre"

-lecture analytique du poème de Victor Hugo, "Melancholia"

-Amorces possibles en dissertation de français

À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories