États-Unis/Brésil: rôle mondial


Voici un plan détaillé sur le chapitre: "États-Unis/Brésil: rôle mondial", réalisée en classe de Terminale S en géographie. Ce chapitre peut donner lieu à une composition et une étude de documents.


Introduction:

Amorce: Les États-Unis, première puissance mondiale et le Brésil, 7ème puissance mondiale, dominent l'économie américaine. Si les États-Unis imposent leur hégémonie depuis la deuxième moitié du XXème siècle, le Brésil fait partie des puissances émergentes, avec une croissance économique très importante depuis le début du XXIème siècle.


Problématique: Quel est le rôle de ces deux puissances américaines : les États-Unis et le Brésil ?


Plan:

I. Des atouts similaires pour affirmer leur rôle mondial :

1) Deux économies mondialisées

2) Des territoires immenses

3) Une influence politico-militaire très déséquilibrée


II.Des moyens d'affirmation différents:

1) Une influence politico-militaire très déséquilibrée :

2) Un rayonnement culturel américain incontestable :


III.Les limites à l’affirmation de leur rôle mondial :

1) À l’échelle mondiale : des puissances qui ne font pas l’unanimité

2) À l’échelle nationale : des inégalités de développement importantes

3) À l’échelle urbaine : les difficultés d’intégration des minorités


I. Des atouts similaires pour affirmer leur rôle mondial :

1) Deux économies mondialisées

Les États-Unis sont la première puissance mondiale : le PIB étasunien est de 16 000 milliards de dollars malgré la crise de 2008. Ils possèdent 136 des 500 premières firmes transnationales, situées dans tous les secteurs (agroalimentaire, technologique, pétrole…) Les bourses de Wall Street et Chicago sont les premières mondiales.

Le Brésil est la 7ème puissance économique mondiale mais affiche une croissance d’environ 5 % (chiffre de 2012). Ses FTN sont surtout spécialisées dans les secteurs des biocarburants et des ressources minières.

Les deux puissances exportent massivement, principalement des produits agro-alimentaires. Les échanges étasuniens (3ème place mondiale) se font principalement au sein de l’ALENA ou en direction de la Chine et des autres pôles de l’ex-Triade. Le Brésil, lui, qui est à la 21ème place mondiale, importe surtout des produits manufacturés des aires continentales et exporte des produits primaires au sein du MERCOSUR.


2) Deux agricultures mondiales rivales

Les États-Unis et le Brésil sont deux géants agricoles, qui misent sur une agriculture intensive et productiviste. Le Brésil a accru sa production de 140 % en 20 ans notamment grâce à sa capacité d’adaptation (ex : il ne produisait pas de soja en 1970 et est aujourd’hui le 2ème producteur mondial) et ses prix très compétitifs, d’où le surnom de « ferme du monde ».

Les États-Unis sont avantagés par la diversité des climats qui permet une agriculture variée (ex : céréales et soja dans les Grandes Plaines, coton et agrumes au Texas, vignobles en Californie, …)


3) Des territoires immenses :

Les États-Unis comme le Brésil possèdent un territoire de superficie équivalente à celle de l’Europe. Ils sont tous les deux très urbanisés (respectivement 87 % et 82 %) : leur peuplement s’est effectué du littoral, où se trouvent encore les métropoles majeures, comme New York et Rio de Janeiro. Les métropoles concentrent les fonctions politiques, économiques (bourses de New York et Sao Paulo parmi les plus importantes du monde) et touristiques (Miami et Rio ont un rayonnement mondial).

Ils possèdent tous deux des ressources considérables, que ce soit au niveau des matières premières ou des hydrocarbures (ex : Le Brésil s’est approprié des ressources pétrolières situées dans les eaux internationales)


Transition : Si ces deux puissances possèdent des atouts similaires qui favorisent leur intégration dans la mondialisation, elles utilisent néanmoins des moyens d’affirmation différents qui leur sont spécifiques.


II.Des moyens d’affirmation différents :

1) Une influence politico-militaire très déséquilibrée :

Les « gendarmes du monde »

Les États-Unis mènent une politique interventionniste et souvent unilatérale, d’où le surnom des « gendarmes du monde » qui persiste malgré les tentatives de Barack Obama pour redorer l’image des États-Unis.

ex : intervention en Afghanistan en 2001 contre le groupe Al-Quaïda sans l’accord de l’ONU.

Ils disposent du budget militaire le plus important (700 milliards de dollars, soit 5% du PIB), ce qui leur permet de disposer d’un complexe militaire important (ex : détention de la bombe nucléaire, armée de plus de 1,1 millions de soldats, capacité de frappe planétaire …)

Les États-Unis sont très présents sur le plan diplomatique : ils sont membres du Conseil de sécurité de l’ONU, du G8, très influents au sein du FMI, de la Banque mondiale et de l’OMC.


Le Brésil : un pays émergent du point de vue politique

Le poids politique du Brésil est très inférieur à celui des États-Unis puisque sa diplomatie est peu influente. Le Brésil se fait le porte-parole et le défenseur des intérêts des pays du Sud et lusophones.

ex : l’ex-président Lula a critiqué ouvertement le protectionnisme des pays du Nord.

Son budget militaire est 24 fois inférieur à celui des États-Unis et la seule intervention armée est celle de casques bleus à Haïti.


2) Un rayonnement culturel américain incontestable

Le modèle culturel étasunien est diffusé partout dans le monde surtout grâce à Internet et à la diffusion cinématographique et commerciale (chaîne de fast-food, parc d’attractions, …)

L’American Way of Life fait des États-Unis le premier pôle d’immigration mondial et attire principalement des migrants d’Amérique centrale (Mexique), d’Asie (Inde) et d’Europe (Allemagne)


Le Brésil est le plus grand producteur de telenovas qui sont exportées dans plus de 130 pays, principalement lusophones. Mais la diffusion de ces séries télévisées n’est pas comparable à celle des films holywoodiens : son influence culturelle est davantage régionale que mondiale.

Cependant, le Brésil est une destination touristique majeure et avec l’organisation de la Coupe du monde de football en 2014 et des Jeux Olympiques en 2016, il espère bien étendre son influence.


Transition: Les États-Unis apparaissent comme une hyperpuissance ayant un poids considérable dans la politique, l’économie et la culture mondiale, que ce soit grâce au hard-power ou au soft-power. Quant au Brésil, il joue plus un rôle régional, bien qu’il s’affirme dans la mondialisation. Mais ces deux puissances ne sont pas sans faiblesses et nous allons voir que des limites à l’affirmation de leur rôle mondial existent à toutes les échelles.


III.Les limites à l’affirmation de leur rôle mondial

1) À l’échelle mondiale : des puissances qui ne font pas l’unanimité

Du point de vue politique :

La politique étrangère des États-Unis est très controversée : leur présence militaire, considérée comme impérialiste, les expose à de violentes critiques voire des attaques terroristes. (11 septembre 2001).

Le Brésil, lui, a du mal à s’affirmer, notamment pour intégrer le Conseil de sécurité de l’ONU de manière permanente.

Du point de vue environnemental :

Les deux pays utilisent massivement des OGM, et sont parmi les premiers producteurs d’éthanol. Les États-Unis n’ont pas hésité à recourir aux gaz de schiste pour accroitre leur compétitivité économique. Le Brésil est critiqué pour la déforestation massive de la forêt Amazonienne et, plus récemment, une coulée de boue toxique s’est écoulée sur plus de 500 km.


2) À l’échelle nationale : des inégalités de développement importantes

Les disparités régionales restent importantes dans les deux pays. Le Brésil demeure l’un des pays les plus inégalitaires du monde. Le Sud et le Sudeste, espaces littoraux, sont plus développés que le Nord, touché par la sous-nutrition.

Aux États-Unis, certains États comme la Géorgie, l’Alabama ou le Mississipi, sont particulièrement touchés par la pauvreté et 45 millions de personnes, soit 15 % de la population étasunienne, vivent sous le seuil de pauvreté.


3) À l’échelle urbaine : les difficultés d’intégration des minorités

La ségrégation socio-spatiale touche les deux puissances. Les communautés noires vivent principalement dans les favelas brésiliennes ou les ghettos américains, ce qui est souvent source de violence et de criminalité. Une fragmentation urbaine apparait alors entre les Gated communities, quartiers sécurisés pour les populations aisées et les quartiers réputés difficiles, qui peuvent parfois se toucher.


Conclusion :

-bilan des parties et réponse à la problématique: Les puissances étasunienne et brésilienne jouent un rôle considérable dans l’agriculture et le commerce mondial, notamment grâce à la production et l’exportation massive de matières premières. Cependant, le rôle du Brésil est plus effacé en termes de géopolitique et d’influence culturelle, alors que les États-Unis utilisent le hard-power et le soft-power pour répandre leur modèle culturel et politique. Cependant, ces deux puissances ne font pas l’unanimité, en particulier du point de vue environnemental. De plus, des inégalités de développement apparaissent à l’échelle nationale et locale, ce qui limite leur potentiel, en particulier au Brésil où la pauvreté touche 34 % de la population.

-ouverture: Les États-Unis sont donc en avance par rapport au Brésil, surtout en termes de technologie et, si la croissance du Brésil était vertigineuse il y a quelques années, l’économie brésilienne peine aujourd’hui, notamment à cause de la baisse des prix des produits agricoles. Le Brésil tarde donc à affirmer son rôle mondial.

À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags