Gouverner la France depuis 1946


Voici un plan détaillé sur le chapitre: "Gouverner la France depuis 1946: gouvernement, état et opinion publique", réalisée en classe de Terminale S en histoire. Ce chapitre peut donner lieu à une composition et une étude de documents.


Introduction:

Amorce: La France s'est construite sous l'action de régimes monarchiques puis républicains, qui ont fortifié la cohésion nationale et lui ont permis de devenir un pays de grande puissance. Après la Seconde Guerre mondiale, période d'anéantissement, la France doit se reconstruire. Cette modernisation passe par l'accroissement du rôle de l'État et de la vie politique. Dans les années 1980, la mondialisation et des revendications multiples transforment le rôle de l'Etat et la façon de gouverner.

Définition des termes du sujet:

gouvernance: manière de diriger d'administrer des territoires

État-Nation: état rassemblant un peuple qui se reconnait dans celui-ci.

Problématique: Quelles évolutions connait le rôle de l'État en France depuis 1946?

Plan:

I.Les réformes de la IVème République: gouverner la France et moderniser l'État (1946-58)

1) La modernisation de l'État dans l'après-guerre

2) De nouvelles missions pour l'administration française

3) Réformer malgré l'instabilité


II.La République gaullienne et le renforcement du rôle de l'Etat

1) Le renforcement du pouvoir présidentiel: un État fort

2) Un État qui transforme la société

3) La crise: un repli de l'État?


III.Mutations et remise en cause du rôle de l'État

1) Les années 1980: une nouvelle organisation de l'Etat

2) Le New Public Management: un recentrage des actions de l'État

3) Un désengagement qui fait débat


I.Les réformes de la IVème République: gouverner la France et moderniser l'État (1946-58)

1) La modernisation de l'État dans l'après-guerre

Après la Seconde Guerre mondiale, le pays est exsangue économiquement (ex: 1/4 des richesses du pays sont détruites) et il est impératif de le relever.

progrès économique: nombreuses nationalisations (=le gouvernement prend le contrôle d'une entreprise privée. ex: Renault) Le gouvernement devient un acteur économique dans les secteurs banquier, de l'assurance, de l'énergie et de l'automobile. C'est un État planificateur, avec un Commissariat au plan dirigé par Jean Monnet dont l'objectif est de rééquilibrer le territoire français, marqué par une forte centralisation et macrocéphalie parisienne.

progrès social: réformes en lien avec le CNR (Conseil National de la Résistance), qui mettent progressivement en place un État-Providence (=système qui accorde un rôle social important à l'État). L'État accorde des protections contre le chômage, la vieillesse et la maladie en redistribuant les revenus.

ex: La sécurité sociale est créée en 1946, les HLM en 1947...


2) De nouvelles missions pour l'administration française

En 1946, la loi sur le statut des fonctionnaires garantit l'emploi et le droit syndical et de grève: la situation de la fonction publique est améliorée. De nouveaux corps de fonctionnaires sont crées, comme l'INSEE en 1946.

Le rôle des hauts fonctionnaires des IEP (Institut des écoles politiques) ou de l'ENA est agrandit car leur stabilité est une garantie de permanence pour l'État en période d'instabilité ministérielle

ex: entre 1946 et 1960, Wilfrid Baumgartner dirige la Banque française alors que 15 gouvernements se succèdent.


3) Réformer malgré l'instabilité

L'assemblée constituante est élue au scrutin proportionnel (et non majoritaire comme aujourd'hui): aucune majorité solide et stable ne se dégage. En 12 ans, 22 gouvernements se succèdent (ex: en 1950, Henri Queuille ne demeure président que 2 jours!) Le PCF (Parti communiste français) est le premier parti en 1946 est systématiquement opposé au RPF (Rassemblement du Peuple français) dirigé par De Gaulle.

Cependant, certaines grandes figures se relaient:

ex: entre 1944 et 1954, Georges Bidault et Robert Schuman se relaient au poste de ministre des affaires étrangères.

La chute de la IVème République est à la fois liée à des circonstances extérieures (Guerre d'Algérie) et des faiblesses internes.


II.La République gaullienne et le renforcement du rôle de l'Etat

1) Le renforcement du pouvoir présidentiel: un État fort

Quand De Gaulle arrive au pouvoir en 1958, il veut concilier les traditions républicaines avec un pouvoir exécutif fort. En 1962, il instaure l'élection du président au suffrage universel direct et celle du Parlement au suffrage majoritaire uninominal pour rompre avec la IVème République pour faire le lien entre l'électorat et le chef de l'Etat.

Son ambition est de réguler l'économie nationale en créant de grandes firmes (ex: Elf en 1964), en mettant en place des programmes industriels dans les domaines du nucléaire, de l'aérospatiale et de l'informatique. En 1967, l'État assure la moitié du financement des investissements! De Gaulle s'appuie sur la fonction publique: les technocrates à hautes responsabilités sont de plus en plus présents dans les cabinets ministériels.


2) Un État qui transforme la société

De Gaulle, Pompidou, et Valéry Giscard d'Estaing étendent le pouvoir de l'État dans le contexte des Trente Glorieuses, synonyme de croissance démographique et économique.

aménagement du territoire: création de la DATAR (1963) dans le but de corriger les inégalités régionales, de décongestionner la capitale (ex: émergence de nouvelles villes comme Evry ou Sergy-Pontoise) et d'aller plus loin dans la décentralisation administrative.

rôle culturel et social: En 1959, le Ministère des Affaires culturelles est crée et confié à André Malraux. En 1969, la 4ème semaine de congés payés est instaurée (après mai 1968)


3) La crise: un repli de l'État?

Mais les libéraux dénoncent l'interventionnisme public. En 1973, le 1er choc pétrolier a lieu et cette crise remet en cause le rôle de l'État Providence: il s'agit dès lors de redéfinir les missions de l'État. En 1976, une politique d'austérité est mise en place pour réduire le coût des dépenses publiques. Avec l'avancement du projet européen, l'Etat doit composer avec des décisions prises à ce nouvel échelon communautaire. Durant la fin des années 1970, les mesures prises sont plutôt inspirés du libéralisme.


III.Mutations et remise en cause du rôle de l'État

1) Les années 1980: une nouvelle organisation de l'Etat

En 1981, c'est la première alternance avec l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand. Conformément au Programme Commun (réformes élaborées par le PS, les communistes et les radicaux), il organise une seconde vague de nationalisations (ex: Thomson et Paribas en 1982) et met en place une politique culturelle (ex: la fête de la musique est créée en 1982 par Jack Lang). Le gouvernement de Mitterrand est aussi marqué par les lois sur la décentralisation (loi Defferre) qui transfèrent des compétences de l'État vers les collectivités territoriales (régions et départements). Mais dès 1983, une politique de rigueur est instaurée, sous la pression des partenaires européens et l'augmentation de la dette publique.


2) Le New Public Management: un recentrage des actions de l'État

En 1986, c'est la cohabitation: Mitterrand partage le pouvoir avec un gouvernement de droite dont le premier ministre est Jacques Chirac. Ce dernier s'inspire du modèle anglo-saxon, incarné par Ronald Reagan et Margaret Tatcher, qui réduisent les actions de l'État dans l'économie. S'ensuit une série de privatisations (85 en 5 ans) telle que celle de TF1 ou de la Société Générale. L'État est recentré sur ses fonctions régaliennes (défense, justice, police). Dans un contexte de libéralisation des échanges, l'État perd le contrôle de l'économie au profit des FTN (Firmes Transnationales).

Avec le Traité de Maastricht (1992), certaines compétences de l'État sont déléguées à l'UE, ce qui cause une perte des pouvoirs politiques et financiers.


3) Un désengagement qui fait débat

Le rôle de l'État est cependant toujours considérable en France: importance des prélèvements obligatoires (impôts + cotisations) qui permettent un système de protection sociale efficace, beaucoup de fonctionnaires (5,3 millions).

Mais le rôle de l'État ne cesse d'évoluer: quinquennat (2000), nouvelles lois sur la décentralisation (2003), modernisation des institutions qui renforce les prérogatives du gouvernement (2008). Mais l'État français est aujourd'hui confronté à la crise de la dette publique et de la protection sociale et à la pression médiatique. Des réformes structurelles sur l'amélioration des politiques publiques sont nécessaires.

Le poids et le coût de l'Etat sont aujourd'hui des enjeux essentiels du débat politique.


Conclusion

-bilan des parties et réponse à la problématique: Nous avons donc vu qu'après la Seconde Guerre mondiale, l'État a pour mission de reconstruire l'économie du pays. De nombreuses réformes transforment l'administration française et accentuent le rôle de l'État Providence. Mais la IVème République est marquée par une instabilité ministérielle qui causeront en partie sa chute. Lorsque De Gaulle arrive au pouvoir, il veut renforcer le rôle présidentiel et aménager le territoire en décentralisant certaines compétences vers les collectivités territoriales. Cependant, à partir des années 1980, avec la mondialisation de plus en plus importante et la construction européenne, le rôle de l'État est remis en cause.

-ouverture: Dans le contexte de mondialisation et de cette nouvelle gouvernance mondiale, le rôle des États est de plus en plus restreint, concurrencé par les FTN, les organisations de toute nature et l'importance de la société civile.


À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags