L'Amérique, entre tensions et intégrations régionales.

Voici un plan détaillé sur le chapitre: "L'Amérique, entre tensions et intégrations régionales.", réalisée en classe de Terminale S en géographie. Ce chapitre peut donner lieu à une composition et une étude de documents.


Introduction:

Amorce: Le continent américain représente un territoire immense de plus de 42 millions de km², comprenant une quarantaine d'États et 1 milliard d'habitants. Alors que l'Amérique du Nord, dominée par les États-Unis affirme sa puissance depuis la seconde moitié du XXème siècle, l'Amérique centrale et du Sud sont touchées par des inégalités de développement. Cependant, depuis le début du XXIème siècle, la mondialisation permet à certains espaces de s'intégrer aux marchés régionaux et internationaux. Parallèlement à ce processus, des tensions existent toujours entre certains États, qui nuisent à l'intégration du continent.

Problématique : Quelles sont les formes de tensions et d'intégrations qui caractérisent le territoire américain ?

Plan:

I.Un continent marqué par des inégalités de développement et des différences

1) La diversité du continent américain

2) Les puissances du Nord, pôles de la Triade

3) Les pays en développement du Sud: entre affirmation et retard


II.Des tensions qui freinent l'intégration

1) Les tensions inter-étatiques

2) Des tensions liées à l'hégémonie américaine

3) Mais des tensions qui tendent à s'apaiser


III.Les dynamiques actuelles: un continent en voie d'intégration

1) Deux logiques principales d'intégration régionale

2) Une augmentation des flux à l'échelle régionale

3) Mais concurrencés à l'échelle mondiale


I.Un continent marqué par des inégalités de développement et des différences

1) La diversité du continent américain

-diversité culturelle: monde anglo-saxon au Nord et Amérique latine au Sud

-diversité linguistique: entre l'anglais au Nord, l'espagnol (quasiment tous les pays d'Amérique centrale et du Sud), le portugais (Brésil)

-diversité religieuse: protestants au Nord, catholiques au Sud

Ces différences sont dues à la colonisation du continent, effectuée par les Anglais aux États-Unis et les portugais et les espagnols au Sud.

-diversité économique: contrastes de développement, le Nord détient 80% des richesses pour seulement 40% de la population.


2) Les puissances du Nord, pôles de la Triade

Le Canada et les États-Unis détiennent des IDH très élevés (respectivement 0,911 et 0,937) et sont très intégrés dans l'économie mondiale. Tous deux membres de l'ALENA, des échanges intenses ont lieu au sein de la "Main Street", région transfrontalière comprenant le centre économique du Canada (Toronto, Montréal) et les centres d'impulsion des États-Unis (Nord-Est)

Mais ces deux puissances ne sont pas sans faiblesses: alors que le territoire canadien est modérément maîtrisé, le taux de pauvreté étasunien est très élevé (12%)


3) Les pays en développement du Sud: entre affirmation et retard

Le Brésil est la puissance émergente d'Amérique du Sud: c'est un géant de l'exportation (agricole, industriel et pétrolier) mais qui connait toujours de fortes inégalités de développement (l'IDH n'est que de 0,730)

Le Mexique, la Bolivie, l'Argentine et le Chili sont bien intégrés dans l'économie locale, possèdent des IDH environnant les 0,8 mais sont dépendants des exportations de matières premières.

Les autres pays d'Amérique du Sud (Colombie, Venezuela, Paraguay,...) n'ont pas une économie diversifiée, reposant largement sur l'exportation de produits agricoles et d'hydrocarbures. Cependant, leur agriculture est peu productive et ne permet pas d'assurer la sécurité alimentaire de toute la population, ce qui explique le mal-développement qui les touche souvent.

Haïti est le seul PMA (Pays Moins Avancés) du continent, en marge de la mondialisation et touché par des catastrophes naturelles (séisme + épidémies)


II.Des tensions qui freinent l'intégration

1) Les tensions inter-étatiques

-litiges frontaliers entre le Venezuela et la Colombie, plusieurs États des Caraïbes et entre le Pérou et le Chili à cause de l'extension des ZEE (Zone économique exclusive)

-conflits nationaux: le problème des FARC en Bolivie, le mouvement des Sans-Terres au Brésil

-importance du trafic de drogues (cocaïne dans les Andes) qui a de réels impacts sur l'économie de la région.

-les inégalités économiques entre les États empêchent souvent de trouver des accords.


2) Des tensions liées à l'hégémonie américaine

-présence multiforme des États-Unis sur le continent américain (bases militaires en Amérique centrale, puissance navale dans les Caraïbes, embargo de Cuba) mais plus de réelles interventions militaires (pendant la Guerre Froide, les États-Unis soutenaient les dictatures sud-américaines pour contenir le communisme soviétique)

-impérialisme culturel: l'implantation des FTN (Firmes Transnationales) et la suprématie du dollar sont vivement critiquées par certains Etats, comme Cuba ou le Venezuela, qui expriment une opposition idéologique et refusent le capitalisme.

En opposition au projet de la ZLEA que veulent créer les Etats-Unis, certains États sud-américains se sont réunis autour de l'ALBA (Alliance Bolivarienne pour les Amériques).


3) Mais des tensions qui tendent à s'apaiser

-plus de conflits armés: le dernier conflit armé remonte à 1995 et confrontait le Pérou et l'Équateur.

-plus de dictatures: Depuis la fin de la Guerre froide, il n'y a plus de réelles dictatures en Amérique du Sud, même si des régimes autoritaires persistent.

-intégration: les intégrations régionales apaisent les tensions inter-étatiques.


III.Les dynamiques actuelles: un continent en voie d'intégration

1) Deux logiques principales d'intégration régionale

-l'ALENA (Accord de libre-échange Nord-Américain) est créée en 1994 et met en place la disparition des taxes douanières entre les États-Unis, le Canada et le Mexique. Mais cette organisation régionale est dominée par les États-Unis, ce qui crée des déséquilibres.

ex: 80% des échanges du Canada sont à destination des États-Unis

-le MERCOSUR (Mercadò comùn del Sur) est crée en 1991 et met en place, non seulement une zone de libre-échange, mais aussi un marché commun aux tarifs uniques. Il comprend le Brésil, le Paraguay, l'Uruguay, l'Argentine et le Venezuela et est également associé au Chili et à la Bolivie. Cette organisation permet le libre-échange des marchandises mais pas des individus.

Mais il existe beaucoup d'organisations alternatives, comme le CARICOM dans les Caraïbes ou le CAN dans les Andes, qui sont peu efficaces car elles regroupent très peu de pays.


2) Une augmentation des flux à l'échelle régionale

Les blocs économiques favorisent les échanges commerciaux:

ex: dans l'ALENA, les flux ont été multipliés par 10 en 20 ans. Dans le MERCOSUR, les frontières sont dynamisées, notamment entre l'Argentine et le Brésil.

Les flux Nord-Sud sont principalement des flux d'IDE et de produits manufacturés alors que les flux Sud-Nord sont principalement des matières premières, des hydrocarbures et des produits agricoles. Il existe aussi des migrations permanentes entre l'Amérique du Sud et centrale (surtout du Mexique) et les États-Unis (migrants économiques). Des flux touristiques sont en constante augmentation, principalement à destination de l'Amérique du Nord et du Bassin des Caraïbes.


3) Mais concurrencés à l'échelle mondiale

Malgré l'augmentation des flux à l'échelle régionales, l'intégration continentale reste difficile: le projet de ZLEA (Zone de Libre Échange des Amériques) est lancé en 1994 par les États-Unis mais est refusé par les pays du Sud, craignant l’expansion de l'impérialisme américain. Le projet panaméricain n'est pas abouti mais le MERCOSUR s'élargit avec la volonté de s'ouvrir vers l'extérieur. Avec le président Lula, le Brésil a voulu faire valoir sa diplomatie. Cependant, les échanges sud-américains ne représentent que 1/4 des échanges internationaux de l'Amérique.


Voici un schéma que vous pouvez intégrer à votre composition (ce sera valorisé par votre correcteur) :

À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags