La disparition des reliefs

Voici un plan détaillé sur le troisième chapitre de géologie intitulé La disparition des reliefs, réalisée en classe de Terminale S en SVT. Il peut donner lieu à une synthèse (I) ou une étude de documents (IIa ou IIb).

I. L’aplanissement des chaînes de montagne

1) Montagnes jeunes et montagnes anciennes

-récentes : < 200 mA : relief élevé, pentues, racine crustale épaisse,

Ex : Alpes, Pyrénées, Himalaya

-anciennes : 250-360 mA, absence de racine crustale (le Moho est situé à 25-30 km)

Ex : Armorique, Massif central

=> On observe une érosion subie par les massifs anciens


2) Estimation de la vitesse d’érosion :

On peut estimer la masse des matériaux transportés par les cours d’eau puis déposée dans la mer.

Ex : une épaisseur de 24 km a été enlevée dans les Alpes depuis 38 mA.


II. L’altération des roches

1) Altération physique :

Définition : désagrégation physique des roches. Elle a lieu par plusieurs mécanismes :

-l’eau s’infitre dans les roches par des fissures. En cas de gel, elle fait éclater la pierre.

-froid, variations de température

-déplacement des glaciers : raclent les roches et forment des vallées en U (à opposer en vallées en V formées par les cours d'eau)

-racines des végétaux


2) Altération chimique

-hydrolyse : les minéraux (micas, feldspaths) sont entourés d’auréoles d’altération qui vont les transformer en argile + particules.

=> le granite se transforme en arène granitique, qui a une structure différente.

Pour les roches calcaires, l’eau transforme le calcaire en ions solubles.

=> transformation des paysages, qui est d’autant plus intense que les reliefs sont importants.


III. Transport et sédimentation des particules.

1) Transport :

-par les eaux en mouvement (cours d’eau) : effectuent un tri granulométrique (en fonction de leur taille)

-par le vent

-par les glaciers


2) Sédimentation :

-flux de sédimentation : quantité de sédiments déposée dans un bassin sédimentaire au cours du temps.

Les sédiments sont ensuite utilisés pour 2 fonctions :

-sédimentation biochimique : les êtres vivants construisent des coquilles

-sédimentation chimique : formation de gypse et de yalite


IV. L’intervention des phénomènes tectoniques

1) Les réajustements isostatiques :

L’allègement des masses rocheuses en surface dû à l’érosion entraine une remontée de croûte continentale pour rétablir l’équilibre isostatique. On appelle ce phénomène rebond isostatique.

Ex : pour 100m d’érosion, on observe une remontée de 800m.


2) Une tectonique en extension :

-observation de failles normales (typiques d’une tectonique en extension)

-données GPS : indiquent une extension et un effondrement

=> lorsque la convergence à l’origine des reliefs est terminée, le relief tend à s’effondrer et donc à s’étirer dans sa région centrale.


V. Recyclage de la croûte continentale

Les roches érodées se retrouvent dans les océans puis dans les zones de subduction. Quand la lithosphère océanique disparait dans le manteau, les roches sédimentaires sont charriées et vont subir un métamorphisme et donc apporter de nouvelles roches en surface.

=> cycle orogénique


À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories
Par tags