Réussir la 1ère année de médecine à Genève


Après les super conseils de Maria, voici un petit (long ?) article pour bien aborder et réussir la Première année de médecine, de mon point de vue cette fois-ci. Ce post est axé sur les études à Genève mais les conseils de révisions valent pour toutes les universités et toutes les facultés ^^



Déjà, pourquoi j'ai choisi Genève ?

Petit cours de géographie sur le Grand Genève, région dans laquelle je vis : le canton de Genève partage une large frontière avec la France, de part et d'autre du lac Léman. Mes parents habitent dans le Pays de Gex, cette petite bande de terre coincée entre le Jura et la ville de Genève. Ma maison est donc située à 5 minutes de la frontière, et j'ai toujours vécu entre nos deux pays. Même si je sais pertinemment que la France et la Suisse ne sont pas les mêmes pays, j'ai toujours vécu dans cette ambiance transfrontalière, et c'est pour cela que l'Université de Genève m'apparaissait comme une évidence. Sur APB (ancêtre de ParcoursSup, oui je commence à être vieille) j'avais été acceptée à la Faculté de Lyon, qui est la plus proche université française de chez moi, mais qui reste à 2 heures de train. J'ai donc décliné mon vœu et ai été acceptée à Genève.

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Le-projet-d-agglo-est-mort-vive-le-Grand-Geneve/story/12890022

Le déroulement de l’année et les cours

A Genève, l’année s’organise en 2 semestres mais il n’y a qu’une seule session d’examen fin mai-début juin. Il y a 3 matières principales :

-SMB (Sciences Médicales de Base) : regroupe biologie, physiologie, anatomie, sciences médicales... Le 1er semestre est plutôt axé sur la cellule et l’organisation des tissus (de l’ADN à la protéine, construction cellulaire, microbiologie, embryologie, anatomie générale, ...) alors que le 2ème se concentre sur tous les systèmes du corps humain (nerveux, cardio-vasculaire, rénal, respiratoire, reproducteur, immunitaire, etc) Vous pouvez voir la description de chaque cours sur ce pdf. Chaque unité se travaille différemment : alors que celles du 1er semestre demandent surtout de la compréhension sur les mécanismes mis en jeu, le 2ème semestre nécessite, non seulement de la compréhension, mais aussi beaucoup d’apprentissage par cœur. Les SMB sont la matière sur laquelle il faut étudier le plus temps car il y a environ 15 heures de cours par semaine et l’épreuve à la fin de l’année est la plus longue (5 heures). Mais elle est très intéressante et fascinante car elle nous permet de comprendre le fonctionnement du corps humain, d’abord au niveau moléculaire puis cellulaire, tissulaire et enfin à l’échelle d’un système entier.


-SFO (Sciences FOndamentales) : regroupe la physique, la chimie générale, la chimie organique et les statistiques pour médecins. Il y a 2 heures par semaine de physique pendant toute l’année, alors que les 3 autres matières ne durent qu’un semestre. Ces matières ne demandent pas énormément d’apprentissage par cœur (il y a par exemple un formulaire fourni pendant l’examen, avec toutes les formules étudiées en physique ) mais, pour avoir une bonne note, il faut résoudre des problèmes le plus vite possible. En Suisse, ce n’est pas tant des démonstrations qui sont demandées, mais bien des petits problèmes, pas forcément vus en cours, mais reprennent les mêmes mécanismes. Ainsi, les examinateurs vérifient que l’élève a vraiment compris, et pas seulement appris par cœur les formules. En chimie organique, il faut cependant apprendre les réactions vues en cours, pour ensuite les appliquer à d’autres molécules. L’épreuve à la fin de l’année dure 3 heures, et il faut être assez rapide pour avoir le temps de finir.


-SMS (Sciences Médico-Sociales) : regroupe la PSS (Personne, Santé et Société) et MIGA (Médecine Interne Générale Ambulatoire). La PSS consiste en des cours magistraux (qui ressemblent plus à une suite de conférences) sur des thèmes généraux concernant la médecine : la relation médecin-patient, le droit médical, la décision médicale, etc. La MIGA est une matière beaucoup plus concrète sur le métier de médecin généraliste. Ce sont deux matières qui demandent peu de travail car il y a peu d’heures de cours par semaine (entre 2 et 5h, l’épreuve en fin d’année durant 2 heures) et les connaissances sont surtout théoriques. Donc, bien écouter en cours et de réviser les dernières semaines avant l’épreuve est souvent suffisant.


Voici une semaine type de 1ère année :

Organisation du travail personnel et des révisions

Ma journée type commençait ainsi : je me levais à 6h pour partir à 6h40 et arriver à l’Uni à 7h50 (en effet, le trajet entre la maison de mes parents et la Fac dure environ 1h, un peu plus quand il y a des bouchons...) Dans le tram, je regardais les diapos des cours que l’on allait avoir dans la matinée pour essayer de comprendre les 1ères notions et voir l’organisation de la présentation. Ainsi, par exemple, si le prof abordait pendant son cours, une notion très rapidement, je savais d’avance qu’il allait en reparler après et qu’il n’était donc pas nécessaire de tout écrire sur le moment. Pendant les cours, j’écrivais sur un Word ce que le prof disait en essayant de comprendre. Mais dans beaucoup de cours, j’étais totalement perdue et il était souvent difficile de rester concentrée...

L’après-midi, je rentrais chez moi si nous n’avions pas cours. Je reprenais mes notes du matin pour en faire un vrai cours, bien organisé, rédigé, avec des images, des schémas et des recherches supplémentaires. Comme Maria le dit très bien dans son témoignage, beaucoup d’étudiants choisissent d'utiliser simplement les diapos des profs en ajoutant leurs notes dessus. Personnellement, je n’ai pas choisi cette méthode pour 3 raisons :

1) Les diapos des profs sont souvent peu claires ou les cours mal organisés

2) J’aime bien imprimer mes cours pour ensuite rajouter des annotations au fur et à mesure des révisions. Donc, mes cours étaient concis et condensés, alors que, dans les diapos des profs, il y a souvent des images de décoration ou des répétitions qui ne sont pas utiles pour l’apprentissage.

3) En faisant son propre cours, on s’approprie beaucoup plus les notions, on comprend ce que l’on écrit et pourquoi on l’organise ainsi. C’est donc du temps perdu en mise en page, mais après ce travail, le cours est généralement compris.

Mais je comprends tout à fait que certains choisissent d'utiliser les diapos des profs, c’est beaucoup plus rapide et le risque d'oublier quelque chose est plus faible.

Le tout étant de trouver SA méthode.


Voici par exemple un des premiers cours (2h par le Pr. Garcin) sur la structure de l'ADN que l'on a en première année :

Je finissais de travailler vers 18h environ pour ensuite aller à mon entraînement d'athlétisme (j’arrivais généralement à tenir le rythme de 3 entraînements/semaine, parfois moins) et passer une soirée tranquille et me coucher tôt. Finir de bosser à 18h peut sembler tôt mais je préférais largement travailler "vite fait bien fait", que m’attarder sur les cours en n’étant pas concentrée (on en reparle plus bas ! ^^)


Le weekend, je travaillais environ de 9h à 18h30 avec plus de pauses : le samedi, j’apprenais les cours de la semaine alors que le dimanche, je révisais les cours de la semaine précédente (sauf si j’étais en retard bien sûr)


Pendant les « vacances » (= révisions!!), soit 1 semaine à la Toussaint, 3 semaines à Noël, 1 semaine en Février, 2 semaines à Pâques et 4 semaines avant les examens, je gardais environ le même rythme que pendant les WE. Le matin, je révisais pendant 4h les SMB, l’après-midi, je faisais 3h de SFO et si j’avais encore de l’énergie, je finissais par de la SMS (les heures sont des estimations, faut pas être sectaire :D). Je trouve que c’est bien de garder un rythme de travail pour ne pas travailler un jour 3h et le lendemain 12h. Certains étudiant.e.s ont besoin de travailler 10h, d’autres moins : il faut vraiment se faire confiance et ne pas se comparer aux autres. Tu dois vraiment te faire un planning réaliste et structuré pour être sûr.e d’avoir le temps de revoir tous les cours de l’année.

By the way, il est super important de se prendre une semaine de vacances pendant l'année, car, une année, c'est long (mais ça passe super vite !!)

WARNING : l'organisation de l'année a changé en 2018 et il n'y a plus que 2 semaines de révisions avant les examens. Donc peut-être que prendre une semaine complète de vacances est un peu gourmand mais un long weekend me semble toujours important pour le moral !


Ma méthode d'apprentissage

Pour la SMB, je fonctionne par couches :

1ère couche : l’après-midi, je reprenais les cours du matin pour avoir un bon support pour les révisions

2ème couche : le WE, je commençais à apprendre le cours et comprendre tout-tout-tout, en faisant, pour certains cours, une fiche très résumée avec des schémas.

3ème couche : pendant les révisions, sur une feuille blanche (en papier recyclé bien sûr :D), je notais tout ce dont je me souvenais et je récitais à voix haute les détails. Je relisais ensuite mon cours pour réapprendre et approfondir tout ce que j’avais oublié et noter tout ce dont je ne me souvenais pas sur un cahier.

4ème couche : je faisais de même que la 3ème couche, mais en insistant sur ce que j’avais noté dans le cahier. Comme ça, je me concentrais surtout sur ce qu’il me restait à apprendre, plutôt que sur ce que je maîtrisais déjà.

5ème couche : les derniers jours avant l’épreuve, je mélangeais les chapitres et faisais des liens entre toutes ces connaissances. Par exemple, au lieu de réviser tous les systèmes séparément, je révisais l’anatomie ou l’histologie de tous les systèmes en même temps ou en croisant les systèmes qui sont vraiment liés (ex : système respiratoire et locomotion ; biochimie et système digestif)

A la fin de chaque couche, c’est bien de faire quelques QCM pour mettre en pratique ces connaissances et voir dans quel contexte on peut les utiliser.


Pour la SFO, c’est totalement différent car il faut vraiment s’entraîner en faisant beaucoup, beaucoup de QCMs. Donc, je faisais très vite mes cours à la main, en notant les principales formules et quelques exemples d’application. J’essayais de faire au plus vite le TP (=une dizaine de QCMs donnés par le prof à la fin de chaque cours) pour mettre en application le cours. Pour réviser, j’enchaînais les QCMs et, quand je butais sur une question, j’en profitais pour relire la partie du cours qui en parlait.


Comme je le dis plus haut, ce n'est pas tant le nombre d'heures de travail qui compte mais la qualité de vos révisions. Quand vous travaillez, il faut le faire à fond, concentré.e et avec de l'énergie. Quand vous ne travaillez pas, ne pensez pas aux cours ou à votre retard, ne culpabilisez pas et détendez-vous seulement : non seulement vous avez droit de faire, mais surtout, il faut le faire pour tenir toute l'année !


Est-il nécessaire de prendre une Prépa ?

À Genève, à part en SFO, il n’y a pas de QCM fournis (gratuitement ou non) par l’université. Il existe un système de parrainage qui permet à chaque étudiant.e de 1ère année d’être soutenu.e par sa "famille", constituée d'étudiant.e.s des les années supérieures. Tes parrains ou marraines peuvent donc te fournir des QCMs (et du soutien psychologique !!) mais sinon, il faut se tourner vers des Prépas pour en obtenir. C’est principalement pour cette raison que j’avais choisi de faire une Prépa qui nous préparait une « colle » par semaine, qui consistait en 15 QCM sur les cours de la semaine précédente. En plus de cela, elle organisait des cours de pré-rentrée, 2 examens blancs et des bilans personnalisés pour nous situer par rapport au groupe et nous donner des conseils. Je pense que j’ai fait le bon choix car ça m’a permis d’être avec un groupe, de m’adapter à la méthode suisse, et de savoir si mon travail était suffisant ou non. Il existe beaucoup de prépas qui proposent des formules différentes, à des tarifs différents. À mon avis, il est important de faire au moins un examen blanc dans l’année pour voir à quoi ressemble une épreuve de plusieurs heures et apprendre à organiser son temps pendant l’épreuve. Si tu es autonome et sûr.e de toi, une prépa n’est pas nécessaire. Si, au contraire, tu as besoin d’être rassuré.e voire bousculé.e pour travailler, une prépa peut être utile.


L’ambiance à la Fac

J’ai trouvé que l’ambiance dans l’amphi était très éloignée des clichés qui pèsent sur la 1ère année de médecine. Il n’y a aucun débordement, tous les profs sont applaudis à la fin des cours, il y a très peu de vols dans l’Uni. Si tu poses une question à un.e autre étudiant.e, il te répondra certainement sans te piéger, ... Mais c’est sûr que l’atmosphère « concours » pèse un peu, et il peut être difficile de se faire des ami.e.s quand on sait que ce sera difficile d’être ensemble l’année prochaine. Heureusement, mes deux meilleures amies ont choisi la même voie que moi et nous étions ensemble en cours et le midi.

En début d’année, nous étions 700, soit 50 étudiants de plus par rapport au nombre de places disponibles dans les amphis. Heureusement (pour nous), beaucoup de gens ne sont très vite plus venus et les amphis se sont désengorgés. En début d’année, il fallait arriver très tôt dans l’amphi principal (vers 7h pour le début des cours à 8h15). C’est pourquoi nous avons choisi de nous installer dans l’amphi où le cours est retransmis en vidéo conférence. J'étais un un peu sceptique au début mais l’ambiance est plus détendue et le fait de ne pas avoir le prof devant moi ne m’a pas trop dérangée. Nous organisions aussi des tournus avec les autres élèves de la prépa pour réserver des places et ne pas se lever très tôt tous les jours.


Sélection et concours

Un peu à la manière de la PACES one établie cette année en France, l’Université de Genève a décidé de mettre en place en 2017 une réforme permettant de limiter le redoublement. Ainsi, tout étudiant.e ayant moins de 3/6 (oui, les notes sont sur 6 en Suisse :D) ne peut pas redoubler et est éliminé.e. Avec le nouveau numerus clausus, un étudiant peut avoir 4/6 (note permettant de valider normalement son année) mais ne pas être pris en 2ème année. Ainsi, il/elle peut tout de même aller dans une autre faculté et ne pas être viré.e de toute l'université...

Le taux de réussite est plutôt élevé à Genève (20-25%) si l'on prend seulement en compte les étudiant.e.s ayant passé l'examen. Mais si l'on comptabilise tous les étudiant.e.s étant inscrits en début d'année, il diminue drastiquement...


Gérer le stress et la pression de l’examen

Après mon Bac, j’étais persuadée que la 1ère année de médecine serait bien bien bien plus dure que la Terminale, qu’il faudrait travailler tout le temps et que je n’aurais "plus de vie". Finalement, j’ai été agréablement surprise au niveau du travail parce que ce n’était pas « aussi pire » que ce que je l’imaginais et je pouvais continuer à faire les activités qui me plaisaient, voir ma famille, sortir quelques fois, etc. Par certains aspects, j'ai trouvé que la Terminale était beaucoup plus dense que cette 1ère année.

Mais ce que j’ai trouvé le plus difficile, c’est de gérer l'anxiété. Ce n’est pas du tout le même stress qu’en Terminale, où l'on est stressé par les DS, mais c’est plutôt un stress moteur, qui nous force à réviser régulièrement. Pendant la première année, le stress que j’ai ressenti était plus négatif : j’avais du mal à ne pas me comparer aux autres, je détestais les QCM car je trouvais (et trouve toujours !) qu’ils sont ambigus, j’avais une peur bleue de l’échec et de cet examen qui semblait déterminer toute ma vie, je me demandais tous les jours ce que je ferais si je ratais... ; bref, j’avais l’impression d’être livrée à moi-même pendant un an puis être mangée toute crue pendant un seul examen déterminant. Je regrettais la belle vie du lycée, avec ses profs personnalisés, j’avais envie d’écrire des dissertations et pas seulement cocher une case au hasard...

Avec du recul, je remarque que mes préjugés sur la 1ère année ont beaucoup influencé ma manière de travailler : j’aurais dû m’accorder plus de répit et ne surtout pas culpabiliser quand je ne travaillais pas.


Heureusement, j’étais super bien entourée par mes parents et mes frères, mes ami.es, les profs de la prépa, etc. Grâce à leur soutien, j'ai réussi à garder un rythme de vie sain, et, finalement, réussir cette première année. Je me souviendrai toute ma vie du jour des résultats et du soulagement que cela procure : tous ces efforts n'ont pas été vains et je vais pouvoir accomplir un de mes rêves : DEVENIR MÉDECIN (bon, jusqu'au jour de la rentrée en 2ème année, je pensais toujours que c'était une erreur et que la fac s'était trompée...)


Quel que soit votre résultat après la première de médecine, une chose est sûre : cette année est vraiment formatrice : elle apprend à assimiler une charge de travail importante, travailler en autonomie, gérer son stress, ... Tout en découvrant les bases d’un futur métier passionnant.


Et pour la suite alors ?

Rassurez-vous, ce ne sera pas le même rythme pendant toutes vos études. À Genève, la 2ème année est beaucoup plus relax et on revoit principalement les notions de biologie abordées en 1ère année, mais sous un autre angle de vue. Les problèmes sont plutôt axés vers l’aspect clinique que physique et les 1ers stages commencent. La particularité de la Faculté de médecine de Genève est l’apprentissage par problème (APP), qui sont des cours de 10 étudiant.es, présidés par un.e prof. Le groupe doit donc discuter du problème du patient lors d’un tutorial et organiser ses connaissances et ses recherches lors d’un bilan quelques jours plus tard. J’ai bien aimé cette façon de travailler car c’est plus interactif. Les stages cliniques commencent dès la 4e année et le diplôme fédéral de médecin est délivré (ou pas...) à la fin de la 6e année. Avec ce Graal, tu peux devenir interne et avoir le droit de travailler en plus (que de réjouissances en perspective !) ;)



Pour celles et ceux qui souhaiteraient étudier à l'Université de Genève, vous pouvez trouver toutes les informations nécessaires sur le site de la Fac.


Encore une fois, je tiens à rappeler que ce n'est que mon expérience personnelle. Il y a autant de façons de passer la 1ère année qu'il y a d'étudiant.e.s qui l'ont fait ;) J'espère que tu as pu apprendre quelques trucs et trouver un peu de sérénité pour commencer/continuer cette année ! N'hésite pas à me contacter si tu as des questions ou remarques, je serais ravie d'y répondre



PS : Vous êtes trèèèèèès nombreu.x.ses à me contacter (merci !) donc je vais essayer d'organiser des sessions Zoom pour regrouper les réponses et pour que vous puissiez poser vos questions en live. Si tu es intéressé.e, contacte-moi en bas !


À l'affiche
Soutien total
youth.png
Klimastreik.png

Avoir son Bac, c'est très bien. 

Avoir un avenir, c'est mieux. 

En septembre dernier, nous étions plus de 7 millions à descendre dans les rues du monde entier pour revendiquer une justice climatique et sociale.

Rejoins un mouvement proche de toi pour participer aux actions ! 

Catégories